Bulletin des Amis de l'orgue de Québec

No. 8 - Novembre 1969


Dans ce bulletin:


L'orgue Wilhelm de Saint-Ambroise de Loretteville
par Serge Laliberté

C'est toujours avec grand plaisir que nous apprenons l'installation d'un nouvel orgue dans la région de Québec. Ainsi, la paroisse Saint-Ambroise de Loretteville vient de faire l'acquisition d'un instrument à traction mécanique, oeuvre du facteur Karl Wilhelm de Saint-Hyacinthe.

En voici la composition sonore:

Grand-Orgue
Positif (expressif)
Montre8'
Bourdon8'
Flûte à cheminée8'
Flûte à cheminée4'
Prestant4'
Doublette2'
Nazard2 2/3'
Larigot1 1/3'
Quarte2'
CymbaleII-III
Tierce1 3/5'
Cromorne8'
FournitureIV
Tremblant
Trompette8'







Pédale

Soubasse16'


Flûte8'


Prestant4'


Basson16'


Avant même d'être inauguré, cet instrument a pu être apprécié des connaisseurs, dont M. Francis Chapelet, organiste et musicologue français.

Souhaitons que les Amis de l'orgue puissent présenter, au cours de la saison, quelques activités à Loretteville car nous avons là un instrument très intéressant, le plus beau, sans doute, de la région de Québec.


Entretien avec M. Jean Langlais

Lors de son récent passage à Québec, M. Jean Langlais, organiste-compositeur, a bien voulu nous livrer ses commentaires sur l'application de la réforme liturgique en France. Nous reproduisons ici, sous forme d'entrevue, l'essentiel de sa pensée.

Q. M. Langlais, ne trouvez-vous pas difficile d'écrire de la musique liturgique, à une époque où le rôle de musicien d'église est remis en question?

R. D'autant plus difficile, en effet, que je fais partie d'un groupe d'experts en musique liturgique et que lorsqu'on est consulté par l'Épiscopat et que nous émettons des opinions, l'Épiscopat n'en tient aucun compte.

D'autre part, je n'écris pas uniquement pour les offices, j'écris des pièces d'orgue à tendance religieuse qu'on peut jouer ailleurs qu'à l'office.

Q. Dans votre paroisse, Sainte-Clothilde, quel sens prend la réforme liturgique?

R. Ah! nous avons toujours la grand-messe, intégrale, chant grégorien et latin, et ce, tous les dimanches. Moi, j'ai la messe de 11 heures; le seul changement apporté, c'est que j'accompagne un cantique. Pour le reste de l'office, je fais comme avant; je joue même pendant l'élévation ce qui va à l'encontre de la réforme liturgique mais c'est à la demande du curé que je le fais.

Q. Maître, quel est, selon vous, le rôle du musicien d'église, à l'heure actuelle?

R. Présentement, le rôle de tout artiste chrétien c'est de tenir bon envers et contre tous, lorsqu'on est à peu près sûr d'être dans la vérité. Et pour moi, la vérité je la trouve dans l'encyclique de Saint Pie X, le «Motu Proprio» sur la musique sacrée. Pour moi, c'est ça la vérité. Alors je m'accroche à ce «motu proprio» et je n'en démarre pas car je ne pense pas qu'un saint comme Pie X puisse être dans l'erreur. Voilà mon opinion profonde et c'est là mon guide...

Un jour, Messiaen a dit une chose superbe alors qu'on lui demandait s'il n'avait pas d'ennuis avec les théologiens au sujet de son oeuvre qui repose sur des textes évangéliques. Quelqu'un lui a demandé: «Si vous étiez l'objet d'une condamnation à cause de vos recherches théologiques, puisque vous n'êtes pas théologien, que feriez-vous?». Et Messiaen de répondre: «je me soumettrais». Dans ce domaine-là, il avait raison mais dans le domaine de sa musique pure, il aurait tort de se soumettre car il irait à l'encontre de Dieu et de Pie X. Un théologien fait de la théologie, c'est sa spécialité. Il en est de même pour le musicien.

Q. Enfin, est-il permis de conserver l'espoir qu'un jour la musique liturgique retrouvera son véritable sens?

R. Je crois que oui car, dans la vie des hommes et dans leur histoire, malgré tout ce qu'on a pu faire, le beau a toujours triomphé.

Ainsi, nous connaissons et jouons encore des oeuvres de Pérotin et Léonin même si nous en sommes séparés par plusieurs siècles. De même, on a été presque un siècle sans jouer les oeuvres de Jean-Sébastien Bach. Malgré tout ce que nous vivons présentement, j'ai confiance que l'histoire rejouera le jeu et qu'un jour, la vérité se fera.


Disques
J.S. Bach
  • Orgelbüchlein
    Gaston Litaize, orgue Schwenkedel de l'Abbaye Saint-Pierre de Solesmes
    Société française du son, SXL 20,222A et 20,223A (2 disques)
  • Messe en si mineur, BWV 232
    Munchener Bachorchester, direction: Karl Richter
    Archive production

Louis Couperin et Jean-Henri d'Anglebert
  • Oeuvres pour clavecin
    Gustav Leonhardt
    Camden VCCS-1370


Remerciements
Pour la saison 1969-1970 des Amis de l'orgue de Québec

Nous tenons à remercier le ministère des Affaires culturelles du Québec pour son aide qui nous permet de vous présenter cette quatrième saison artistique qui a très bien débuté avec le concert de M. Jean Langlais.

Cette aide toutefois ne suffit pas à balancer notre budget d'où l'idée d'une souscription chez les amis de l'orgue en leur proposant l'achat d'une carte de membre de la Société. De très nombreuses personnes ont répondu généreusement à notre appel. Toutes ces souscriptions, de la plus petite à la plus importante, constituent, pour nous, un encouragement et nous rendent plus à l'aise dans l'organisation de nos activités. À toutes ces personnes vont nos remerciements les plus sincères.

Nous aimerions exprimer notre gratitude en particulier à la maison Casavant Frères, facteurs d'orgues de Saint-Hyacinthe, pour la souscription substantielle que ses dirigeants nous ont fait parvenir. Enfin, aux membres du comité féminin et à tous nos collaborateurs qui, à l'occasion de chaque concert, veulent bien nous offrir leur précieux concours, nous tenons à exprimer notre reconnaissance.