Bulletin des Amis de l'orgue de Québec

No. 31 - Avril 1978


Dans ce bulletin:


Les six ans à Paris
de deux musiciens québécois

par Normand Picard

Louise et Pierre Bouchard, organistes et clavecinistes sont rentrés au pays en août 1977, mettant fin à un séjour de six ans à Paris. Ils enseignent actuellement l'expression musicale chez les jeunes à la Commission scolaire de Lotbinière. Je les ai rencontrés à leur domicile et j'ai recueilli pour vous l'interview suivante.

Q. Quel était votre but en quittant le Québec après vos études à l'Université Laval?

R. Nous venions d'obtenir tous les deux une licence de concert en orgue dans la classe de l'abbé Antoine Bouchard à l'École de musique de l'Université Laval. Nous voulions connaître un autre milieu musical et nous avons eu la chance d'obtenir une bourse pour poursuivre des études en orgue et en clavecin. Nous désirions aussi avoir un coup d'oeil sur la vie artistique et les richesses des pays d'Europe. Nous voulions nous enrichir aussi des acquis d'autres écoles, car il est toujours dommage de refuser de connaître ce qui se fait de bien ailleurs.

Nous nous sommes mariés au mois d'août 1971 et en septembre, nous quittions le pays pour Paris. Nous sommes allés chez André Isoir, alors organiste à Saint-Séverin - bien connu des Amis de l'orgue - avec qui nous avons étudié la musique française ancienne et romantique. Parallèlement, nous avons poursuivi des études de clavecin sous la direction de Kenneth Gilbert et de Gustav Leonhardt.

Pierre: Après deux ans avec Isoir, j'ai voulu travailler un autre genre de répertoire et je suis allé chez Gaston Litaize. Sous sa direction, j'ai obtenu un Premier Prix d'orgue à l'unanimité, en 1977, au Conservatoire de Saint-Maur-des-Fossés (banlieue de Paris).

Q. Avez-vous eu la chance de travailler avec des musiciens d'autres pays?

R. Bien sûr, car en étant en Europe, on ne peut manquer l'occasion de participer à un ou plusieurs stages d'été qui se donnent en différents pays. Nous avons participé à deux sessions d'été à Haarlem (Hollande) avec Heiller, Tagliavini et Gilbert, à deux sessions à Anvers (Belgique) avec Gilbert, à deux sessions à Köln (Allemagne) avec Gustav Leonhardt et, à un stage de musique ancienne à Innsbruck (Autriche).

Les stages ont été très enrichissants par l'échange que nous avons eu avec d'autres jeunes musiciens, avec qui nous avons collaboré par la suite pour différents concerts en plusieurs pays. Et, bien sûr, le travail intensif sous la conduite de musiciens renommés n'est pas sans nous donner plus de connaissances et aussi, plus d'assurance. Nous avons aussi l'expérience de l'enseignement du clavecin au stage d'Aubigny sur Nère (France) et nous y retournerons à l'été qui vient.

Ces académies d'été nous ont donné aussi l'occasion de connaître les richesses des autres pays au point de vue instrumental; par exemple, nous avons pu admirer les orgues de la Hollande et de l'Italie, les clavecins de la Belgique, etc. Cela nous a permis aussi de saisir davantage les caractéristiques propres à chaque type d'instrument, tant au plan de la registration que de celui du toucher.

Q. Vous avez fait des rencontres avec d'autres musiciens lors des stages. Cette participation à la vie musicale à Paris et en Europe a-t-elle revêtu une certaine importance?

R. Oui, mais ça ne s'est pas fait tout seul et d'un seul coup. Il a fallu trois ans avant de pouvoir dire que nous avions vraiment des occasions de jouer régulièrement en concert.

Notre métier d'organiste nous a donné l'occasion de jouer plusieurs instruments intéressants, tant en concert qu'à l'office liturgique, en plus de ceux que nous avons visités pour leur intérêt particulier. Signalons pour la France: Paris (église St-Séverin, St-Thomas-d'Aquin, St-Germain-des-Prés, Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux, St-Jacques-du-Haut-Pas, etc.), Auteuil, Houdan, Mulhouse, Thionville, Lion dur Mer, Le Havre; Allemagne: Freiburg, Horb; Italie: Artimino (Firenze), Brescia; Belgique: Grand; Suisse: Bâle; et Hollande: plusieurs instruments historiques.

La première tournée comme membre d'un ensemble de musique de chambre est née d'une rencontre d'un flûtiste à bec chez des amis. À la suite d'autres contacts, une partie importante de nos activités musicales fut de jouer comme claveciniste et organiste, en soliste, et avec ensemble vocal et instrument. Cette participation à plus d'une centaine de concerts nous a amenés en province: Alsace, Mulhouse, Lille, Tanninges, Lyon; en Allemagne: Knechtsteden, Freiburg, et en Suisse.

Pierre: J'ai également participé à une série de 25 concerts à Paris comme claveciniste du Consort Orphéus: ensemble français de musique baroque (flûte à bec, flûte traversière, hautbois, gambe, continuo), à quatre tournées (50 concerts) en France pour les Jeunesses musicales, comme claveciniste du même ensemble, à des concerts avec diverses autres formations comme soliste ou en continuo: Ensemble vocal Stéphan Caillat, Ensemble vocal et instrumental Michel Richard de Lalande, Orchestre Musica Antiqua de Cologne et la Folia de Mulhouse pour les Concertos à 2, 3, 4 clavecins de J.S. Bach.

Louise: De plus, j'ai participé à une série de concerts comme claveciniste de l'Orchestre de chambre francophone, claveciniste soliste avec Musica Antiqua de Cologne et La Folia de Mulhouse, claveciniste et organiste de l'Ensemble de musique sacrée pour le Festival international de musique sacrée de Haute-Savoie (France), aussi à des concerts à deux instruments: orgue et clavecin, deux clavecins.

Q. Avez-vous eu aussi des contacts avec des facteurs d'instruments?

R. On ne peut pas être dans le monde de l'orgue et du clavecin à Paris sans s'intéresser à la facture d'instruments.

Pierre: Mon séjour m'a donné l'occasion de prendre contact avec un facteur d'orgues parisien, M. Adrien Maciet, avec qui j'ai travaillé pendant deux ans. En ce qui concerne la facture du clavecin, les occasions furent nombreuses de discuter avec des fabricants et aussi j'ai travaillé moi-même à la fabrication et à l'harmonisation de quelques instruments (clavecin, épinette et clavicorde). Je signale aussi une autre expérience que j'ai faite à l'été 1977: j'ai assuré la recherche et une partie musicale pour un film sur Jean de La Fontaine pour la Télévision française.

Q. Comment avez-vous apprécié votre vie de parisiens?

R. Nous avons souvent «râlé», mais même avec les conditions modestes qu'on a pu se permettre, notre séjour à Paris a été des plus heureux et enrichissants.

Sur les six années que nous avons vécues à Paris, trois ont été facilitées par des bourses du Gouvernement du Québec. Par goût, et grâce à divers engagements dont nous avons parlé, nous avons pu prolonger notre séjour de trois autres années. On le vivait d'une façon de plus en plus intense. Il aurait pu se continuer mais nous avons décidé de rentrer au pays. Le retour demande une aussi grande adaptation que le départ. C'est une nouvelle expérience. Nous avons heureusement fait l'acquisition d'un clavecin Schütze et d'un clavicorde qui nous ont souvent accompagnés en tournée. Pour le moment, ils servent au moins à recréer un peu l'ambiance.

Petit à petit, chacun de notre côté, nous nous mêlons au monde musical de notre région. Louise travaille déjà avec plusieurs musiciens pour les accompagner au clavecin. Quant à Pierre, il travaille surtout au côté de l'enseignement de l'instrument. Il arrive de Hull où il assure la suppléance à la classe d'orgue du Conservatoire.


Il est temps de terminer l'interview car le jeune Guillaume, né à Paris en 1977, vient de signaler sa présence!

Louise et Pierre Bouchard, je vous remercie beaucoup et je vous souhaite la meilleure des carrières musicales.


Nouvelles
  • Félicitations à Pierre Bouchard et à Marie-Andrée Paré qui ont remporté un Premier Prix d'orgue au Conservatoire de Saint-Maur-des-Fossés (banlieue de Paris).
  • Les Concerts d'orgue de Montréal ont présenté cette saison: Bernard Lagacé, Jean-Louis Gil, Antoine Reboulot, Christopher Jackson et Scott Ross.
  • La société Pro Organo Mauricie a présenté: Jean-Louis Gil, Denis Regnaud, Jacques Boucher et Denis Bédard.
  • Les Amis de l'orgue de Rimouski ont présenté: Antoine Reboulot, Noëlla Genest, Jean-Guy Proulx et Kenneth Gilbert.
  • «Renaissance de l'orgue à Québec», tel est le titre d'un article paru dans Le Devoir du 25 novembre 1977 et relatant l'expérience de cinq jeunes étudiants du Conservatoire de musique de Québec qui ont formé l'ensemble Cuivres et orgues de Québec: cor français, trompette, trombone ténor, trombone basse et orgue tenu par Richard Paré. Ils sont déjà bien connus des mélomanes.
  • Le 19 décembre dernier, lors d'un récital de maîtrise, le jeune organiste Claude Girard a joué, en première mondiale, une oeuvre de François Brassard (1908-1976) intitulée «Basilicale». L'ancien organiste de l'église St-Dominique de Jonquière s'est inspiré de l'hymne grégorien Salve Regina.
  • Le 3 avril dernier, lors du concert des étudiants-compositeurs de l'École de musique de l'Université Laval, classe Alain Gagnon, l'organiste Frederick Mooney a exécuté les oeuvres de Marc Gagné, soit trois chorals et une messe basse pour grand-orgue.
  • La revue parisienne «Les chantiers du Cardinal - Construire l'église» a consacré un de ses numéros de 1977 à l'orgue. En éditorial on y lit ce qui suit:
  • Un orgue dans une église en 1977? Pourquoi? Est-ce utile? Est-ce nécessaire? N'y a-t-il pas d'autres urgences? Ces questions nous ramènent au problème du beau, du gratuit, dans un monde qui est obsédé par les questions d'argent, par les problèmes d'efficacité, de rendement, de fonctionnel, du meilleur marché; dans un monde qui sacrifie tout au plus facile, au moins durable; dans un monde de consommation où tout se change et se remplace; dans un monde qui est prêt à faire table rase du passé et qui échangerait volontiers un vieil orgue ou un bon vieil harmonium contre une guitare électrique. L'orgue s'inscrit en faux contre ces choix faciles.

    L'orgue a mis longtemps pour trouver sa place dans l'église, il ne tient pas à le perdre: témoin l'enquête faite à son sujet dans la région parisienne. L'orgue est fait pour durer à condition d'être entretenu et de nouveaux orgues naissent ça et là. Les orgues ne sont pas standard, aucun n'est pareil, on ne les fabrique pas en série. Ils naissent d'un besoin précis, de l'intelligence du contracteur, de l'argent dont on dispose... L'orgue reste toujours actuel, il suscite encore de nombreuses vocations d'organistes.

  • Dans le même ordre d'idée, M. Thomas Chapais, comptable et ami de l'orgue, a préparé, en 1977, un mémoire de 18 pages destiné à éclairer la fabrique de sa paroisse pour l'achat éventuel d'un orgue. Les points traités sont: Pourquoi un orgue? Les coûts comparatifs, entretien, rénovation, Quel orgue acheter? Un exemple à reproduire même si l'argumentation n'a que partiellement convaincu les sages administrateurs!


Discographie
  • Balbastre, Claude
    Treize Noëls pour orgue.
    Marie-Claire Alain, orgue de la cathédrale d'Uzès
    ERATO STU 71119
  • Bach, J.S.
    L'oeuvre d'orgue, volume 2: Partitas BWV 766,767,768. Canzone BWV 588. Pastorale BWV 590. Fugues BWV 575,577,578,589. Alla Breve BWV 589.
    George Baker, orgue Kern de St.-Maximin de Thionville
    FY 057/58
  • Bach, J.S.
    Le clavier bien tempéré (intégrale)
    Louis Thiry, orgue de l'église réformée d'Auteuil
    ARION ARN 532 012 (coffret de 5 disques)
  • Bach, J.S.
    Aria BWV 587. Canzone BWV 588. Fantaisie BWV 572. Fantaisie et fugue en sol mineur BWV 542. Fugue en sol mineur BWV 577. Passacaille et fugue BWV 582.
    Odile Pierre, orgue Frobenius de l'église St-Mortens de Noestved (Danemark)
    RCA RL 37.050
  • Beethoven, Ludwig van
    Suite pour orgue mécanique. Prélude à travers tous les tons majeurs.
    Jean-Pierre Leguay, orgue de l'église Cantate Domino de Francfort
    CALLIOPE 1730
  • Couperin, François
    Les deux messes pour orgue.
    Philippe Lefebvre, orgue historique de St-Gervais (l'orgue de Couperin)
    FY 053/54 (coffret de 2 disques)
  • Guilain, J.A.
    Suite des 1er, 2e, 3e et 4e tons.
    Wolfgang Rübsam, orgue Rieger de l'Abbaye de Marienstatt
    DA CAMERA SM 93.263
  • Liszt, Franz
    Fantaisie et fugue sur "Ad nos, ad salutarem undam". Prélude et fugue sur BACH. Variations sur "Weinen, Klagen, Sorgem Zagen..."
    L. Robillard, orgue du Kirchanpflege Grossmünster de Zurich
    ARION ARN 38.389
  • Mozart, Wolfgang Amadeus
    Andante K 608. Fantaisies K 594 et 608.
    Jean-Pierre Leguay, orgue de l'église Cantate Domino de Francfort
    CALLIOPE 1730
  • Purcell, Henry
    Oeuvres pour orgue. 8 suites pour clavecin. Pièces pour clavecin.
    Jean-Patrice Brosse, clavecin et orgue.
    VSM CL67-14.181/83 (coffret de 3 disques)
  • Reger, Max
    Fantaisie symphonique et fugue, op. 57. Fantaisie sur le choral "Alle Menschen", op. 52, no 1. Toccata no. 9 et fugue no. 10 extraits des Dix pièces pour orgue, op. 63.
    Heinz Lohmann, orgue
    DA CAMERA SM 93.246
  • Tournemire, Charles
    La Nativité dans "L'Orgue mystique", vol. 1. Cycle de Noël, op. 55 (extraits)
    Georges Delvallée, orgue de la cathédrale St-Pierre de Rennes
    ARION ARN 38.406
  • Vivaldi, Antonio
    Cinq concertos pour orgue.
    Marie-Claire Alain, orgue
    I Solisti Veneti, direction Claudio Scimone
    ERATO STU 71060
  • Francis Chapelet à l'orgue de St-Siffrein de Carpentas
    Oeuvres de J.S. Bach, Bruna, Cabanilles, Scheidt
    HARMONIA MUNDI HM 1207
  • André Stricker à l'orgue Chapuis-Kern de St. Maximin de Thionville
    Oeuvres de Bach, Buxtehude, Pachelbel et Walther
    SARASTRO SAR 7505/6
  • Musique d'orgue hongroise
    Oeuvres de Hidas, Kodaly et Szönyi.
    S. Pecsi, orgue Walcker de Ludwigdburg
    DA CAMERA SM 93267
  • Musique d'orgue yankee
    Oeuvres de G.W. Chadwick, J. Hewitt, C. Ives et J.K. Paine
    Richard Ellsasser, orgue du Hammond Museum
    NONESUCH 71200