Bulletin des Amis de l'orgue de Québec

No. 81 - Septembre 2001


Éditorial

Chers Amis de l'orgue,

L'été qui s'achève est propice aux retrouvailles, par le truchement de ce bulletin. Vous lirez l'hommage rendu, le 3 juin dernier, par Noëlla Genest à Denis Bédard et à Rachel Alflatt lors du concert à Saint-Roch, quelques nouvelles brèves et un petit compte rendu du dernier Concours d'orgue de Québec.

Pour des raisons d'espace, la deuxième partie de l'article de Claude Girard sur Marcel Dupré paraîtra dans le numéro 83. Le bulletin de juin était déjà à la reprographie lorsque nous avons appris la mort de Guy Thérien, facteur d'orgues, qui laisse une forte empreinte au Québec et tout particulièrement dans notre région. Pour cette raison, nous lui consacrons un bulletin spécial (no. 82).

Bonne lecture et au plaisir de vous voir au concert inaugural de la saison, le 15 septembre.

Irène Brisson
Coordinatrice.

Dans ce bulletin:


Hommage des Amis de l'orgue de Québec
et de la paroisse Saint-Roch
à Denis Bédard et Rachel Alflatt

Texte rédigé et lu par Noëlla Genest, directrice artistique des Amis de l'orgue de Québec, lors du concert d'adieu donné par Denis Bédard et Rachel Alflatt, le 3 juin dernier.

Nous sommes réunis ici, ce soir, pour un événement à la fois triste et heureux. Oui, chère Rachel et cher Denis, en collaboration avec la paroisse Saint-Roch, les Amis de l'orgue de Québec veulent vous rendre un hommage particulier à l'occasion de la nomination de monsieur Bédard à la Cathedral of Our Lady of the Holy Rosary de Vancouver.

Monsieur Bédard, depuis 1969, vous faites une brillante carrière d'interprète et de compositeur, vous rayonnez au Québec et à l'étranger. Et, à partir de septembre prochain, vous poursuivrez votre carrière à l'autre bout du pays. Les gens de l'ouest canadien vont bénéficier de vos dons exceptionnels et de votre riche expérience.

Permettez-moi de rappeler quelques souvenirs alors que vous étiez jeune pianiste au Conservatoire. Déjà, on disait que vos affinités pour la musique baroque vous prédestinaient à l'orgue. Ce que vous avez vite démontré puisque, après quatre années d'études auprès de Claude Lavoie, vous obteniez un Premier prix d'orgue avec très grande distinction. Et votre séjour dans cette institution fut vite couronné par d'autres Premiers prix en clavecin, musique de chambre, contrepoint et fugue.

En 1975, vous vous présentiez au concours du Prix d'Europe en orgue et en clavecin, ce qui constitue un rare exploit, et vous remportiez ce prix en clavecin. De là, avec des bourses du Conseil des Arts du Canada, vous vous retrouviez à Paris chez Laurence Boulay, à Amsterdam chez Gustav Leonhardt et à Montréal chez Bernard et Mireille Lagacé. En 1978, vous étiez lauréat au Concours National de Radio-Canada. Simultanément à vos rôles d'organiste-titulaire à Beauport de 1969 à 1978, à Saint-Coeur-de-Marie de 1978 à 1997 et à Saint-Roch de 1997 à 2001, vous dispensiez votre enseignement au Conservatoire de Musique de Québec de 1981 à 1989. Vous donnez de nombreux concerts au Canada, aux États-Unis, sur les ondes de Radio-Canada. Vous êtes invité dans des congrès importants tels celui de la Fédération Francophone des Amis de l'orgue en 1991, celui du Collège Royal Canadien des Organistes à Hamilton en 1999. Vous effectuez une tournée de concerts en Alberta et en Saskatchewan en 1995.

Pour ce qui est de la composition, vous aviez déjà écrit quelques oeuvres vers les années 1960 mais c'est en 1981 que vous vous tournez plus intensément vers cet art. Des sonates pour saxophone et piano, flûte et piano, trompette et orgue voient le jour en 1981 et 1984. En 1987, l'Orchestre symphonique de Québec vous commande un concerto pour flûte. Votre catalogue d'oeuvres pour orgue présente une trentaine de titres. La Société Radio-Canada et de nombreuses personnalités musicales du Canada et des États-Unis ont fait appel à vos dons de créateur. Vous avez été joué au Canada, aux États-Unis, en France, en Angleterre, en Autriche, en Suisse, en Suède, en Hollande, en Allemagne, au Danemark, en Afrique du Sud, à Hong Kong, au Japon dans des congrès internationaux d'orgue et de saxophone. Plus récemment, le congrès 2000 de la Fédération Québécoise des Amis de l'orgue et du Collège Royal Canadien des Organistes vous ont commandé un concerto pour orgue et orchestre à cordes qui a été créé à l'église Saints-Martyrs-Canadiens par Richard Paré en juillet 2000. Ce concerto poursuit une carrière internationale puisqu'il a déjà été joué à Calgary et Baltimore, il sera repris à Toulouse et d'autres exécutions sont prévues au Canada et aux États-Unis.

En 1993, avec votre épouse Rachel Alflatt, vous fondiez les Éditions Cheldar vouées à la publication de vos compositions pour orgue et choeur. En 1996, vous avez gravé sur disque plusieurs de vos oeuvres d'orgue à l'instrument Casavant/Guilbault-Thérien de la cathédrale Notre-Dame de Québec. Cet enregistrement permet une diffusion de certaines de vos oeuvres à travers le monde.

Nous venons de citer votre bien-aimée conjointe et collaboratrice, Rachel Alflatt, à qui nous sommes heureux de rendre également hommage. Chère Rachel, avant de mentionner votre généreuse participation aux Amis de l'orgue de Québec et à la Fédération, j'aimerais rappeler les années où j'ai eu le bonheur de travailler à votre formation d'organiste au Conservatoire de Québec. Vous étiez une excellente élève douée d'une intelligence vive, d'une intuition musicale raffinée et d'un bons sens de l'organisation. Vous avez continué vos études auprès de monsieur Antoine Bouchard à l'Université Laval qui vous a décerné des maîtrises en interprétation et didactique instrumentale en 1992 et 1993. Les paroissiens de l'église anglicane St. Michael ont connu vos débuts à leur tribune; vous avez ensuite exercé votre art à Saint-Esprit, Saint-Louis de Courville et finalement à Saint-Yves. Vous avez joué pour les Amis de l'orgue de Québec en 1995, vous avez joué à Toronto en 1996 et 1998 et aussi à Edmunston en 1997.

Je m'en voudrais d'oublier toutes les heures de bénévolat que vous avez données comme membre du conseil d'administration des Amis de l'orgue de Québec à titre de coordonnatrice et responsable des communications. Vous êtes aussi la trésorière de la Fédération depuis 1995. Nous avons encore en mémoire le congrès 2000 qui a réuni, à Québec, les sections d'organistes francophones et anglophones de tout le pays et dont vous avez été la cheville principale avec un comité local et des collègues de la section du Collège de Montréal. Merci pour tout ce dévouement à la cause de l'orgue.

Vous allez nous manquer mais... la vie est ainsi faite... Au cours de l'histoire, les musiciens ont souvent fait carrière dans plusieurs coins de pays. Vous voilà donc à ce tournant significatif de vos vies. Vous allez maintenant rayonner dans l'ouest du pays. Que vous souhaiter, chère Rachel et cher Denis, si ce n'est l'heureuse continuation de vos carrières et beaucoup de bonheur dans vos vies personnelles et musicales.


Nouvelles récentes de Denis Bédard et de Rachel Alflatt

Voici quelques lignes extraites du petit mot qu'ils m'ont fait pervenir:

Nous avons tous les deux été très impressionnés et émus par l'accueil que le public nous a réservé lors de notre concert à Saint-Roch en juin dernier. Nous ne sommes pas prêts d'oublier cette expérience! Grand merci aux Amis de l'orgue de Québec de nous avoir organisé ce concert-hommage!

Denis et Rachel ont quitté Québec pour Vancoucer le 27 août. Lors de sa dernière messe à Saint-Roch, le 19 août, Denis Bédard a créé Ode, sa plus récente oeuvre pour orgue.


Un orgue à découvrir: une invitation
par Éric Vachon

À moins d'une heure de Québec, sur les limites de la Beauce et de l'Amiante, plus précisément à East-Broughton, se trouve un instrument intéressant qu'il vous sera agréable de découvrir. L'immense église Sacré-Coeur-de-Jésus renferme un orgue Casavant, construit en 1919, portant le numéro d'opus 792. Il est d'esthétique romantique-symphonique, sa traction est électro-pneumatique et il compte 36 jeux répartis sur 3 claviers.

Un relevage complet fut effectué par la maison Orgues Létourneau en 1989 sans toutefois toucher à l'harmonisation de l'instrument. En 1999-2000, des travaux de réharmonisation furent effectués par Jean-François Mailhot, harmoniste chez Létourneau, sous la supervision d'Éric Vachon, organiste-titulaire.

Chaque clavier a maintenant son Plein-Jeu. Aussi, un jeu de Basson 16' a été installé au clavier du Récit. Au Positif, un Nasard 2'2/3, une Tierce 1'3/5, un Principal 4' viennent rehausser le tout. À noter, la magnifique sonorité du jeu de Hautbois d'orchestre 8'. Au pédalier, un jeu de Basse de choral 4' est venu faciliter la registration pour certaines pièces. Certains jeux ont été rebalancés pour convenir à la nouvelle harmonisation et ce, dans le souci de conserver le caractère romantique-symphonique de l'instrument tout en lui assurant une polyvalence pour interpréter le grand répertoire de l'orgue.

Ce magnifique instrument résonne dans une acoustique des plus intéressantes qu'il nous est possible de découvrir en tout temps et tout spécialement en ce mois de septembre 2001 car nous sommes invités à nous rendre à East-Broughton pour une série de 3 récitals d'orgue qui auront lieu les dimanches et mettront à l'honneur:

Ces récitals gratuits (offrande volontaire) auront lieu à 14 jeures.


Création d'une oeuvre d'envergure

Édith Beaulieu, organiste à Notre-Dame-de-Jacques-Cartier, vient de composer sa première symphonie pour orgue (opus 3, no 1). L'oeuvre comporte cinq mouvements: Introduction et Allegro, Cantabile, Scherzo, Adagio, et Toccata.

Terminée en août 2000, cette symphonie (moins l'Adagio) a été jouée par la compositrice, le 5 août dernier, au Cap-de-la-Madeleine et la création intégrale officielle a eu lieu à Montréal, le 22 août, à l'Oratoire Saint-Joseph.

L'oeuvre, qui est dédiée à Rachel Laurin, est maintenant disponible aux Éditions la Dulciane en contactant l'auteure à l'adresse suivante:

    Édith Beaulieu

    88, rue du Roi, app. 1

    Québec, QC G1K 2V7

    Téléphone: (418) 524-1275


Nominations

Toutes nos félicitations à:

  • Richard Paré, organiste titulaire des Saints-Martyrs-Canadiens et claveciniste des Violons du Roy, qui vient d'être nommé professeur d'orgue, de clavecin et de musique de chambre baroque à la Faculté de musique de l'Université Laval;
  • Esther Clément, organiste à Saint-Jean-Baptiste-de-la-Salle (Sainte-Foy), qui vient dêtre nommée organiste titulaire à Saint-Roch, en remplacement de Denis Bédard. Son concert inaugural sera présenté par les Amis de l'orgue de Québec le 25 novembre prochain;
  • Jean-Philippe Soucy, organiste à Saint-Louis-de-France et à St. Stephen (Sainte-Foy), qui vient de succéder à Rachel Alflatt à Saint-Yves (Sainte-Foy).


Concours d'orgue de Québec 2001

Ce fut une journée palpitante, avec cinq candidats de haut calibre: trois jeunes organistes professionnels remarquables, Dany Wiseman qui, étant le premier à se faire entendre, mit d'emblée la barre très haute, Dominique Gagnon, toujours aussi fougueux et brillant et Erik Reinart, le plus âgé des candidats, qui est arrivé à Québec avec un curriculum vitae montrant un solide bagage et une grande expérience du concert et des concours, et deux concurrents prometteurs encore aux études, Frédéric Roberge et Peter Butler.

Le Premier prix a été décerné à Eric Reinart qui a démontré tout au long de son récital un sens artistique évident. Nous aurons le plaisir de l'entendre dans le cadre de notre série de concerts, le 28 avril 2002. Il a également remporté le prix de la meilleure interprétation de l'oeuvre d'Alain Gagnon composée spécialement pour le concours. C'est Dominique Gagnon qui a obtenu le Deuxième prix. Toutes nos félicitations aux deux lauréats.

Nous souhaitons aux cinq participants une brillante carrière déjà bien amorcée.


Nouvelles publications

Lu pour vous :

  • Le dernier numéro de la revue française L'Orgue (no. 245, deuxième trimestre 2001) s'intitule Encore Bach... et comprend, outre les chroniques habituelles, trois articles très intéressants:
    • Légitimité d'une interprétation du Clavier bien tempéré à l'orgue, par Stéphane Bois, avec exemples musicaux à l'appui (une cinquantaine de pages);
    • L'orgue dans Der Vollkommene Capellmeister de Johann Mattheson, par Maurice Clément. Mattheson (1681-1764) était, rappelons-le, un compositeur, un théoricien et un critique, ami de Haendel et admirateur de Bach. Son Parfait maître de chapelle (1739) est un traité sur le goût musical et la composition et comprend une section consacrée à l'orgue avec notamment quelques indications sur les registrations allemandes. Parmi les remarques que fait Mattheson au sujet des organistes, notons ce constat savoureux sur l'accompagnement: « Les organistes plus âgés sont souvent en retard alors que les plus jeunes, qui ont encore le feu sacré, sont facilement en avance ».
    • L'influence française sur l'oeuvre d'orgue de J.S. Bach, une belle synthèse signée Georges Guillard. Le texte est jalonné d'interrogations et de réflexions judicieuses qui visent à ne pas "franciser" à tout prix le langage de Bach.

    Nos lecteurs qui ne sont pas abonnés à cette revue peuvent la consulter à la bibliothèque de l'Université Laval (pavillon Bonenfant) et au Conservatoire de musique de Québec.

Vu chez le disquaire :

  • Couperin, Messe à l'usage des paroisses, par Olivier Vernet à l'orgue Ambroise Levasseur (1640) du Prytanée militaire de La Flèche, avec l'Ensemble Jacques Moderne. Les versets d'orgue alternent avec le plain-chant du 17e siècle.
    Ligia Digital, 0104089
  • Si la musique d'orgue des années 1970 vous tente, l'organiste britannique Kevin Bowyer a enregistré, sur l'orgue Marcussen de Tonbridge School (Kent), des oeuvres d'Arvo Pärt, de Rautavaara, de Gorecki, et de Goubaïdoulina.
    Nimbus, NI 5675
  • Si vous avez aimé les Tableaux d'une exposition à l'orgue, il en existe un enregistrement par Jean Guillou aux grandes orgues de Saint-Eustache (Paris).
    Philips, 462 776-2

Écouté pour vous :

  • Les deux derniers volumes (10 et 11) de l'intégrale Pachelbel par Antoine Bouchard chez Dorian. Un régal d'intimité et de luminosité. J'ai particulièrement aimé le répertoire du volume 10. Un conseil, valable d'ailleurs pour tous les disques de cette rubrique: surveillez les prix d'un magasin à l'autre. Les différences sont parfois effarantes à quelques mètres de distance!
  • Bach par Karl Richter (1926-1981), réédité par DGG dans la série économique Éloquence ($6.99). Les enregistrements ont été réalisés entre 1964 et 1980. Les instruments sont magnifiques (l'orgue Silbermann d'Arlsheim et de Freiburg, orgue de l'église Jaegersborg de Copenhague) mais le transfert sur CD ne leur rend pas toujours pleinement justice. Quant à Karl Richter, considéré comme une antiquité par les "baroqueux" en raison de certains tempi académiques et d'un sens parfois appuyé du legato, il sait nous ravir ou nous étonner au détour d'un choral (Kommst du nun, Jesus, BWV 650), d'un concerto ou des deux toccatas en ré mineur par sa musicalité, sa clarté, son élégance, son sens des couleurs et sa logique. Réécoutez son Wachet auf, le choral du veilleur: c'est très lent, mais combien lyrique, tant l'organiste, qui nous laisse aussi des enregistrements de référence des cantates de Bach, sait donner un souffle à chaque phrase.
  • Une curiosité: trois oeuvres d'orgue d'Arvo Pärt, alternées avec des oeuvres du Moyen-Âge (livre d'orgue de Buxheim) et de la Renaissance anglaise, italienne et allemande, le tout sur des instruments autrichiens (notamment l'orgue historique Ebert (1558) de la Hofkirche d'Innsbruck) avec, à l'occasion, des sons de cloches, d'où le titre de l'album: Tintinnabulum (clochette). L'organiste est Lorenzo Ghielmi, un disciple de Tagliavini et titulaire de l'orgue Ahrend de San Simpliciano à Milan. Le couplage, en apparence insolite de musique contemporaine et ancienne, ne devrait pas surprendre les amateurs d'Arvo Pärt, ce compositeur d'origine estonienne qui n'a jamais caché sa passion pour la musique médiévale. Un seul regret, pas un mot dans la notice ni sur l'organiste ni sur le répertoire.
    Winter & Winter, 910 055-2


Mot de la fin

Je l'emprunte à Johann Mattheson :

« La puissance d'un orgue n'a pas d'égal dans le monde instrumental. L'orgue est capable d'imiter presque tous les autres instruments, la voix humaine comprise ».

Remerciements à Noëlla Genest et à Éric Vachon pour leur collaboration et, comme toujours, à Claude Beaudry pour le dévouement qu'il met à rendre nos bulletins présentables.

Le prochain bulletin régulier paraîtra en novembre. Date de tombée: 15 octobre.