Bulletin des Amis de l'orgue de Québec

No. 88 - Octobre 2002


Éditorial

Chers Amis de l'orgue,

C'est avec plaisir que je vous offre ce bulletin qui rappellera aux excursionnistes de mai dernier le très agréable voyage culturel à Ottawa. Fidèle habitué de nos activités, l'ancien journaliste du Devoir Gilles Lesage a repris le collier pour nous faire revivre ce parcours jalonné d'orgues et de tulipes.

Des nouvelles de notre conseil d'administration complètent ce bulletin.

Bonne lecture et au plaisir de vous voir au concert d'Yves-G. Préfontaine.

Irène Brisson
Coordinatrice.

Dans ce bulletin:


Nouvelles du Conseil d'administration

Le 1er novembre dernier a eu lieu l'assemblée générale des Amis de l'Orgue de Québec, à l'issue de laquelle ont été élus ou réélus au conseil d'administration les membres suivants : Claude Beaudry, président; Richard Paré, vice-président, Michel Boucher, trésorier; Paul Sacca, secrétaire; Noëlla Genest, directrice artistique; Rose Boivin, Suzanne Boulet, Irène Brisson, Louise Fortin-Bouchard, Paul Grimard, Geneviève Paradis, Robert Poliquin, Louise Provencher, Jean-Claude Rivard, Stéphane Saint-Laurent, conseillers.

Les Amis de l'orgue de Québec remercient les deux membres sortants : Réal Vézina, ainsi que Monique Dupuis, qui a siégé huit ans au sein du conseil, dont deux comme dévouée secrétaire.

Bienvenue aux deux nouveaux membres : Rose Boivin, brigadière scolaire et musicienne dans l'âme, étant membre du Chœur du Vallon et une fidèle habituée de nos concerts; quant à Jean-Claude Rivard, ancien journaliste du quotidien Le Soleil, il est déjà connu de nos lecteurs par son récit de voyage de l'an dernier (Bulletin no85). Passionné de musique et particulièrement d'orgue, il a de qui tenir, puisque son grand-père était organiste!


Un voyage culturel mémorable en Outaouais
par Gilles Lesage

À la fois culturelle et touristique, l'excursion des Amis de l'orgue de Québec a été, cette année encore, fort agréable et mémorable. Préparée de manière impeccable et très minutieuse par Gilles Carignan, cette randonnée des 10 et 11 mai 2002 a été une réussite totale, tant par la qualité des concerts que par l'ambiance chaleureuse qui a uni tous les participants. De fait, le voyage de deux jours était tellement couru qu'on aurait pu ajouter un autre autocar à celui dont tous les sièges avaient été réservés en un temps record. Quelle magnifique façon de mettre un point d'orgue à une 35e saison enrichissante!

De Repentigny à l'aller à Oka au retour, nous avons eu droit à sept prestations remarquables, dont cinq dans l'autre...Capitale nationale, soit à la cathédrale catholique et à quatre églises et chapelles d'Ottawa. À l'honneur : les maisons Guilbault-Thérien, Casavant, Baumgarten, Helmuth Wolff.

Les organistes invités - tous des hommes cette année - Luc Beauséjour, Sylvain Barrette, Thomas Annand, Gilles Leclerc, Matthew Larkin, Dany Wiseman et Gaston Arel, ont démontré avec éclat que Balzac a eu raison d'écrire : « L'orgue...est un orchestre entier, auquel une main habile peut tout demander; il peut tout exprimer. »

Repentigny

Premier arrêt, à Repentigny : église de la Purification-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie, fondée en 1684, dont l'église actuelle a été érigée en 1725. Le chœur, richement décoré par plusieurs générations de sculpteurs québécois, contraste avec la blanche austérité des murs de la nef. Classée par le gouvernement du Québec en 1978, elle a été gravement endommagée par un incendie en 1984. Deux pièces d'orfèvrerie méritent une attention spéciale : la lampe du sanctuaire, en argent massif, datant de 1788, œuvre de Laurent Amyot, et un ciboire, également en argent massif, acheté en 1808, œuvre de Pierre Huguet-Latour. Récemment, l'église s'est enrichie d'un tableau néoclassique ornant le maître-autel, évoquant la Présentation de Jésus au temple par le réputé peintre Pierre Lussier, de Saint-Michel-de-Bellechasse. Depuis peu, deux verrières de Marcel Chabot enjolivent le chœur. Particularité du Chemin de la croix : Marie et l'apôtre Jean figurent sur chacune des 14 stations ...

L'orgue Guilbault-Thérien a été installé en avril 1989. À traction mécanique suspendue, il comporte deux claviers manuels et pédalier, 22 jeux, 32 rangs. Le buffet, de peuplier blanc, conçu en collaboration avec l'architecte Claude Beaulieu, est l'œuvre du sculpteur Roger Dallaire. Quant à la console, elle est en cerisier. Les tuyaux de façade sont d'étain poli à 75%. L'instrument a été inauguré le 22 juin 1989 par Gaston Arel et Lucienne L'Heureux-Arel.

Grâce à la virtuosité, l'élégance et l'expressivité de son jeu, l'organiste et claveciniste Luc Beauséjour suscite l'enthousiasme du public, de même que les éloges des spécialistes et des critiques. En ce matin du 10 mai, il nous a éblouis par un récital substantiel, malgré tout trop court. Heureusement, on peut l'écouter sur disques, sous étiquettes Naxos, Analekta et SRC. L'an dernier, au gala de l'ADISQ, il a gagné un Félix avec Œuvres célèbres pour clavecin (Analekta). « Les retombées ne sont pas si immenses que ça », a-t-il confié récemment à La Presse, « mais çà aide et çà donne un élan supplémentaire. Pendant que j'étais sur scène à recevoir mon prix, les gens n'ont pas eu le choix de m'écouter parler de clavecin pendant au moins 30 secondes! »

Ottawa - basilique-cathédrale Notre-Dame

Après une escale gastronomique au Château Montelbello, notre premier arrêt dans la Capitale est réservé, comme il se doit, à la basilique-cathédrale Notre-Dame d'Ottawa. Bénédiction de la première pierre en 1841. Le diocèse de Bytown (aujourd'hui Ottawa) est créé en 1847 et l'église devient cathédrale. Elle comporte de multiples œuvres d'art et points d'intérêt et a fait l'objet d'une importante restauration, il y a quelques années, payée comptant, plus de 10 millions de dollars...

Le premier orgue, de Joseph Casavant, a été béni solennellement en 1850; un nouvel orgue Casavant lui a succédé, en 1892 et a été reconstruit en 1940. C'est l'un des trois instruments marquants de Casavant, les deux autres étant celui de Notre-Dame de Montréal (1890), et celui de la cathédrale de Saint-Hyacinthe (1885). En 1998, Guilbault-Thérien l'a rénové (4 700 tuyaux en tout) pour lui redonner sa qualité sonore de 1892. La nouvelle console utilise les technologies les plus récentes, dont un combinateur électronique de 64 niveaux. L'instrument actuel comprend 69 jeux (96 rangs partagés en huit divisions) sur trois claviers et pédale. Rachel Laurin en est la nouvelle titulaire.

Organiste à l'église Saint-Paul de Gatineau (Aylmer), Sylvain Barrette est également claveciniste, soliste et "continuiste". Il a enregistré un disque compact, Noël avec Bach, témoin de l'intégrale Bach donnée en concert avec Danielle Dubé, à Ottawa, il y a une dizaine d'années. Détenteur de plusieurs diplômes (dont son prix d'orgue au Conservatoire de Québec chez Noëlla Genest) et distinctions internationales, il enseigne la musique et la danse à Gatineau.

À la cathédrale, son court récital a mis en vedette les « Variations sur le thème du Pange lingua » de son collègue Gilles Maurice Leclerc (Éditions Lucarel, Montréal), ainsi que le premier choral de Franck et l'hymne « Pange lingua » de Nicolas de Grigny. Roch Grenier, élève de Noëlla Genest, est ensuite invité à jouer un mouvement de la sixième sonate de Mendelssohn.

Ottawa - église écossaise St. Andrew's (Presbyterian Church)

En soirée, une autre belle surprise nous est réservée, à l'église écossaise St. Andrew's (Presbyterian Church), le plus ancien (1872) temple protestant de la capitale fédérale. Un joyau néogothique, situé à l'angle des rues Wellington et Kent. Un Casavant de quatre claviers y avait été installé en 1911. La rénovation de l'église, en 1986-1987, a permis d'améliorer l'emplacement du nouvel orgue. On lui a assuré un espace convenable, à même le corps de l'édifice attenant au temple, grâce à une entente entre la paroisse et la Banque du Canada. L'opus 27 (1987) de la maison Guilbault-Thérien est un instrument à traction mécanique de trois claviers et 47 jeux, doté d'un buffet magnifique. C'est l'orgue le plus important du genre à Ottawa.

Le titulaire, Thomas Annand, est aussi claveciniste et organiste de l'Orchestre du Centre national des arts, chef du Capital Brass Works, et membre fondateur de l'Ensemble baroque Grupetto. Né en Nouvelle-Ecosse et diplômé de McGill, il a eu la chance d'étudier avec John Grew, Hank Knox et Marie-Claire Alain. Dans la tiédeur vespérale de Bytown, il nous fournit un bref échantillon de son jeu éblouissant avec Bach, Clérambault, Vierne et Widor. Hors programme, juste pour le plaisir d'essayer l'instrument, Frédéric Roberge, tout frais diplômé du Conservatoire de Québec, nous offre, "à froid", la Passacaille de Bach!

Ottawa - église Saint-François d'Assise

Après une bonne nuit de repos à la nouvelle résidence de l'Université d'Ottawa, nous voici à l'église Saint-François d'Assise, angle Wellington et Fairmont. L'aimable titulaire, Gilles Maurice Leclerc, est aussi notre volubile guide accompagnateur, et le bras droit de Me Carignan dans l'autre Capitale.

La paroisse des Capucins avait fait l'acquisition en 1933 d'un orgue Warren (provenant de l'ancienne église Knox Presbyterian), construit en 1886 et agrandi vers 1915 par la maison Karn-Warren. Il comportait 30 jeux sur 3 claviers et pédale. Il servit jusqu'au début des années 1960.

En 1987, la maison Guilbault-Thérien entreprit la rénovation du vieil orgue muet. Les devis de 1886 et de 1915 ont été entièrement revus. Devenu l'opus 28 de Guilbault-Thérien, l'orgue comporte 31 jeux répartis sur deux claviers manuels et pédalier; il a conservé 40% de la tuyauterie d'origine. Le buffet de 1886, agrandi en 1933 (dont les couleurs servirent de palette pour la décoration de l'église en 1985), fut conservé et restauré. Les anciens systèmes pneumatique et électrique de l'orgue ont été remplacés par une traction mécanique suspendue pour les claviers. Le pédalier est cependant demeuré électro-pneumatique. On y ajouta un combinateur à 8 niveaux.

Né à Ottawa, où il a fait ses études musicales, Gilles Maurice Leclerc est titulaire de l'orgue depuis 25 ans. De plus, il compose des œuvres de concert de même que pour la liturgie. Membre fondateur de LAUDEM (Association des organistes liturgiques du Canada), il est fort actif dans le milieu organistique. Il est, par exemple, le président du comité organisateur du congrès des organistes canadiens, qui aura lieu en 2003 à Ottawa.

Deux compositeurs à son récital matinal : le grand Bach (Fantaisie en do mineur et choral O Mensch bewein) et Leclerc lui-même. Il nous éblouit notamment avec une brillante improvisation sur le thème du choral Vater unser (Notre Père). En complément de programme, Frédéric Roberge joue le Dankpsalm Prelude de Reger, et Roch Grenier, le Prélude en fa mineur de Bach.

Ottawa - église anglicane St. Matthew's

La 5e étape nous mène à l'église anglicane St. Matthew's. Cette communauté offre un des programmes de musique liturgique les plus impressionnants d'Ottawa, voire du Canada. Ainsi, son chœur d'hommes et de garçons, fondé en 1956, poursuit la magnifique tradition européenne des maîtrises anglicanes. Outre de nombreux offices divins dignes de ce qualificatif, l'ensemble offre chaque année des concerts d'œuvres chorales.

Le premier orgue de St.Matthew's a été construit par Casavant en 1909, pour la première église. Il a été agrandi et installé par la même maison dans l'église actuelle, datant de 1931. En 1957, la maison britannique Hill, Norman and Beard l'agrandit à nouveau : une nouvelle console est installée, ainsi que des trompettes en chamade qui, jusqu'à récemment, logeaient dans le transept droit. En 2001, l'instrument a fait l'objet d'une importante rénovation (en cours d'achèvement), par la maison Baumgarten. Il est passé de trois à quatre claviers et facilite l'interprétation de tout le répertoire d'orgue et l'accompagnement de la musique liturgique.

Titulaire et maître de chapelle depuis 6 ans, Matthew Larkin est né en Angleterre. Il a grandi et fait ses études en Ontario (Kingston et Toronto). Voué à la promotion des maîtrises et chœurs liturgiques, il jouit d'une réputation internationale à titre d'organiste et de musicien d'église. Ses œuvres sont jouées et enregistrées dans plusieurs pays. Outre le premier choral de Franck et la Passacaille de Bach magistralement interprétés, M. Larkin nous a fait apprécier un psaume typiquement anglican, de Herbert Howells.

Ottawa - chapelle de la maison Bruyère

Les Sœurs grises d'Ottawa nous accueillent l'après-midi à la Chapelle Bruyère. Le premier orgue fut un cadeau à Mère Bruyère de Joseph Casavant, venu en 1850 à Bytown (Ottawa) pour fabriquer l'orgue de la cathédrale et celui de l'église d'Aylmer.

L'orgue Casavant actuel date de 1945; à traction électro-pneumatique, il comprend 37 jeux sur trois claviers. Il est installé dans une chapelle très vaste, dotée d'une acoustique appréciable. Des récitals y sont souvent présentés par des organistes renommés. En 1991, l'orgue a été réharmonisé par Caron, Gagnon et Baumgarten. En 2001, il a été révisé par Baumgarten-Brisson et doté d'un combinateur électronique.

Dany Wiseman (24 ans) est l'organiste invité. Diplômé du Conservatoire de musique de Québec (classe de Noëlla Genest), déjà bardé de prix et de distinctions, il est titulaire à Notre-Dame de Lévis et assistant à la Basilique-cathédrale de Québec. Impétueux, il joue avec fougue Sweelinck, Buxtehude, Bach, Vierne, ainsi que des Variations de Denis Bédard, "exilé" depuis un an à Vancouver.

Oka

Enfin, pour terminer cette merveilleuse excursion, nous sommes accueillis à l'église abbatiale Notre-Dame du Lac, à Oka.

Le premier orgue des Cisterciens fut un Casavant, en 1934. L'instrument actuel, construit en 1973 par Helmuth Wolff, s'abrite dans un buffet de chêne blanc, fini à la cire. Les tuyaux sont à pied ouvert, les anches et les mutations sont d'inspiration française. Un certain nombre de tuyaux Casavant furent réutilisés, notamment la Soubasse 16' (pédale). L'orgue de 20 jeux comporte deux claviers manuels et pédalier. Il est à traction mécanique à bascules, autoréglable.

Cet orgue (installé dans le chœur, comme chez les Bénédictins à Saint-Benoît-du-Lac) a été inauguré le 9 décembre 1973 par Gaston Arel qui en est le titulaire depuis 1984. Valeureux artisan de la renaissance de l'orgue classique au Québec, au début des années 1960, il a contribué à l'installation d'instruments remarquables, dont le Beckerath de l'église de l'Immaculée-Conception à Montréal. Soliste recherché, il a créé des œuvres de compositeurs québécois, notamment de Raymond Daveluy, André Prévost et Jacques Hétu. Président-fondateur des Amis de l'orgue de Montréal et de la Fédération québécoise des amis de l'orgue, Gaston Arel a été honoré par le Conseil québécois de la musique qui lui a remis en novembre dernier un Prix Opus à titre d'interprète de l'année.

Pour notre plus grand plaisir, Gaston Arel a joué du Muffat, du Nivers, du Sweelinck, complétant son programme avec la Passacaille de Bach, que nous aurons entendu finalement trois fois durant ce voyage, mais toujours personnalisée par chacun des interprètes.

Retour

Tant à l'aller qu'au retour, Mme Brisson avait préparé une animation musicale de très grande qualité, grâce à sa collection audiovisuelle et à celles de Claude Beaudry et de Robert Poliquin. Impossible de lui rendre justice ici - ce compte rendu détaillé est dû au remarquable carnet de voyage de notre dévoué président, Claude Beaudry - mais il nous en reste, avec des commentaires appropriés, des images et des sons merveilleux. Par exemple, un échange entre trois générations d'interprètes, Antoine Bouchard, Claude Lemieux, Dany Wiseman, autour du nouvel orgue classique français, dit Le Saint-Félix de Cap-Rouge, dont le curé, l'abbé Gabriel Gingras, confie : « Un bel orgue, c'est la voix de Dieu qui chante sur terre... »

Un souhait. Que la liste de ces vidéos et disques soit accessible à tous les membres qui n'ont pas eu le grand privilège de partager cette randonnée musicale. Une aubaine extraordinaire!

Gratitude et reconnaissance, donc, à Gilles Carignan et à son épouse Hélène, à Irène Brisson, Claude Beaudry, Paul Grimard, Gilles Leclerc, sans oublier toutes celles et ceux à qui nous devons un immense et chaleureux MERCI !

Et rendez-vous pour notre 19e excursion culturelle annuelle, le printemps prochain, à... Mais où, au juste?


N.D.L.R. : Top secret! Gilles Carignan nous mijote un projet qui promet d'être très intéressant. Dans le prochain bulletin, nous publierons le programme musical demandé par Gilles Lesage, ainsi qu'un texte savoureux de Jean-Claude Rivard, qui a suivi à la trace les trois jeunes organistes du voyage et qui nous les présentera.


Mot de la fin

Merci à Gilles Lesage pour ce texte enthousiaste et à Claude Beaudry pour le soin qu'il met à présenter ce bulletin.