Bulletin des Amis de l'orgue de Québec

No. 96 - Avril 2004


Éditorial

Chers Amis de l'orgue,

« Revecy venir du printans », comme le chantait si joliment Claude Le Jeune à la fin du XVIe siècle. Alors que nous sommes attirés par l'extérieur et par la nature qui se prépare à revivre, vous relirez sans doute avec plaisir le récit de l'excursion de mai 2003 à Montréal, signé Gilles Lesage, qui fut journaliste durant près de trente ans au Devoir (et non, comme je l'écrivais dans le précédent bulletin, dans Le Soleil). Tout cela nous met en appétit pour le prochain voyage, en Beauce, le 24 mai prochain. Quelques bonnes nouvelles brèves concernant le monde de l'orgue à Québec vous réjouiront le cœur.

Au plaisir de vous voir à Cap-Rouge le 3 avril au concert de Vincent Brauer!

Irène Brisson
Coordinatrice.

Dans ce bulletin:


Du côté des Amis de l'orgue

N'ayant pu assister au concert de Jacques Boucher et de la violoniste Anne Robert le 22 février dernier aux Saints-Martyrs-Canadiens, voici les commentaires que j'ai recueillis de deux auditeurs.

Denise Prince, organiste et bibliothécaire au Conservatoire a été séduite par « l'originalité du programme et la belle complicité et la générosité sonore des interprètes; le répertoire d'orgue sortait des sentiers battus avec les œuvres de Walcha et de Thiele. Les chorals de Walcha se sont révélés une agréable découverte. La Fantaisie et fugue de Thiele est plus exigeante pour l'auditeur et beaucoup moins facile à saisir d'une première approche. Mais Jacques Boucher en a donné une interprétation brillante et convaincante. La sonate de Bach, pour violon seul, nous a été offerte avec grande musicalité et richesse sonore. Le Kaléidoscope pour violon et orgue de Reboulot atteint l'un de ses objectifs dès les premiers instants : celui de « surprendre ». Oui, c'est ainsi que les interprètes résumaient brièvement l'intention de l'auteur. Les effets sont réussis (couleurs, alternances de motifs rythmiques et thématiques) et les registrations de l'orgue servent bien les rebondissements souhaités, particulièrement dans ce contexte où les interprètes sont situés à distance ».

Pour Richard Paré, titulaire des grandes orgues des Saints-Martyrs-Canadiens et professeur d'orgue à la faculté de musique de l'Université Laval, « le moment fort de ce très beau concert a été de toute évidence Kaléidoscope d'Antoine Reboulot. Une très agréable découverte où l'organiste interprète qu'était Reboulot nous révèle une connaissance et une compréhension des natures de l'orgue et du violon dans une composition des plus inspirées ».


Montréal, la ville aux cent clochers
par Gilles Lesage

« ...l'orgue n'est jamais aussi émouvant que lorsqu'il chante » (Antoine Bouchard)

Cette phrase de l'éminent professeur émérite de l'Université Laval convient parfaitement à l'expérience musicale que les AOQ ont vécue en mai dernier à Montréal. Tirée de la quatrième page de couverture de Quelques réflexions sur le jeu de l'orgue (Presses de l'Université Laval, novembre 2003), cette citation de l'abbé Bouchard s'applique parfaitement aux cinq récitalistes de ce lundi festif du 19 mai 2003 :

  • Régis Rousseau et Pierre Grandmaison - faisant chanter le Roi des instruments de l'église du Très-Saint-Nom-de-Jésus et de la basilique Notre-Dame - deux très grands instruments dont l'esthétique est superbement symphonique française;
  • Philippe Bélanger à l'Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal - le chef-d'œuvre du célèbre facteur allemand Rudolf von Beckerath, une « étonnante symbiose » des esthétiques allemande et française, qui « se prête à toutes sortes de musiques »;
  • Lucienne Arel à l'église Saint-Léon de Westmount, où trône le très beau Guilbault-Thérien, « un instrument de synthèse ayant un fort accent latin tout en étant une réalisation nord-américaine »;
  • John Grew, titulaire à l'Université McGill d'un orgue d'esthétique française, œuvre du facteur montréalais Helmutt Wolff qui, remarque notre président, se démarque de toute la production canadienne d'alors.
  • Parcours fort diversifié

    Ces remarquables interprètes nous ont offert un parcours musical diversifié et très démonstratif, écrit Irène Brisson (Mixtures, novembre 2003), allant de Sweelinck à Bengt Hambraeus, avec un détour par Nicolas de Grigny, Bach, Brahms, Franck, Jehan Alain, etc. Le nouveau titulaire de l'orgue Beckerath de l'Oratoire a de plus impressionné l'auditoire par une improvisation riche en surprises, note aussi la professeure Brisson, qui assume avec intelligence et bon goût l'animation musicale durant nos excursions annuelles.

    Voilà en effet cinq organistes - et trois générations de musiciens - qui savent fort bien faire chanter leur « orchestre à vent ». De l'ancienne Ville-Marie, on disait naguère qu'elle était la ville aux cent clochers. Elle était aussi, en conséquence, la cité de l'orgue omniprésent, instrument aussi imposant que familier des lieux de culte chrétiens (et des grandes institutions d'enseignement). Impossible d'en faire le tour montréalais, à moins d'aller vingt années de suite dans la métropole québécoise... Mais l'échantillon choisi avec minutie par les GO (Gentils organisateurs) a certes fourni, à plus de cent GM (Gentils membres) ravis, un aperçu éloquent des trésors juchés dans les petits et grands temples autour du Mont-Royal.

    Instruments de grande qualité

    On y trouve en effet - foi de notre docte président, Claude Beaudry - la plus grande concentration d'instruments de très grande qualité, qu'ils soient immenses ou modestes, « notre » métropole étant l'une des villes les plus riches en instruments à tuyaux en Amérique du Nord !

    D'entrée de jeu, nous avons apprécié le grand orgue de l'église du Très-Saint-Nom-de-Jésus, rue Adam, dans l'est de Montréal qui formait jadis l'ambitieuse ville de Maisonneuve. Ce temple aux dimensions d'une cathédrale possède un Casavant de 1915, restauré en 1999, avec 4 claviers et 70 jeux. Au moment de son installation, c'était le sixième orgue en importance en Amérique du Nord et le premier de Montréal, selon les notes de l'ami Robert Poliquin sur son site web. Régis Rousseau en est le titulaire depuis dix ans et le brillant animateur du Festival orgue et couleurs, à l'automne, et de la Ligue d'improvisation à l'orgue. Il a mérité, en novembre 2002, le prix Opus de Directeur artistique de l'année, décerné pour la première fois par le Conseil québécois de la musique. Il a redonné à ce magnifique instrument le faste de ses origines.

    Nous avons ensuite entendu le jeune Philippe Bélanger, nouveau titulaire du grand Beckerath, à l'Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal. Cet orgue, célèbre dans le monde entier, est doté de 78 jeux et de 5 claviers à traction mécanique. Il a été installé en 1959 par l'illustre facteur allemand, sous la direction experte de Raymond Daveluy. Il a été inauguré par André Marchal, l'organiste de Saint-Eustache de Paris, le 13 novembre 1960. L'imposant instrument de trente-deux pieds est un des sommets de la production organistique de notre époque par la majesté de son Plenum, la générosité de ses fonds et la splendeur de son Grand-Jeu.

    La somptueuse église Saint-Léon de Westmount nous accueille ensuite avec son instrument mécanique de Guilbault-Thérien, doté de 2 claviers et 32 jeux. Il s'agisssait, selon le regretté facteur Guy Thérien, de livrer « un orgue moderne, possédant toutes les qualités requises pour sa fonction liturgique, qui permettrait aussi l'interprétation du répertoire musical et plus spécifiquement le répertoire français, italien et espagnol de l'époque classique ». L'instrument a été inauguré en 1995 par la titulaire depuis 20 ans, Lucienne Arel, que nous avons eu l'honneur et le privilège d'entendre. La riche décoration intérieure de l'église, signée Guido Nincheri, lui a mérité le statut de « lieu historique national » canadien en 1997.

    Les AOQ se rendent ensuite à la Salle Redpath de l'Université McGill. Aussi célèbre que son institution, John Grew fait chanter le superbe orgue classique français de 3 claviers et 37 jeux, grandement inspiré par le bénédictin Dom Bédos de Celles. Ce joyau de la facture d'orgue québécoise a été construit en 1981 par le facteur montréalais Hellmuth Wolff.

    Avec l'organiste titulaire, Pierre Grandmaison, la boucle se termine à la superbe basilique Notre-Dame du Vieux-Montréal avec un autre grand orgue Casavant. Ce premier 4 claviers de 81 jeux de la célèbre maison de Saint-Hyacinthe, a été construit en 1891; il a été modifié à plusieurs reprises au cours du siècle dernier. La dernière intervention par Casavant a eu lieu en 1990 avec l'ajout de huit nouveaux jeux ainsi que d'un combinateur électronique. Tous les grands organistes français du XXe siècle - Widor, Vierne, Dupré, Marchal, Litaize, Langlais - ont défilé à cette tribune prestigieuse.

    De Grigny et Bach... à Labadie

    Dans la même proportion, nos hôtes ont souligné le tricentenaire de la mort de Nicolas de Grigny (1672-1703); et ils ont interprété au moins un grand Bach, le « cinquième évangéliste », dont Jacques Grand'Maison a écrit : « Quand je sens le besoin de me recentrer dans ma vie dispersée et ma prière trop distraite, je vais vers Bach.1 »

    Pour compléter cette magnifique journée, souper à l'Hostellerie Rive Gauche et, en guise de dessert, causerie de celui qu'Edgar Fruitier, à son émission de radio Les Matinales (chaîne culturelle de Radio-Canada), nomme amicalement de ses initiales : MAD. Marc-André Doran, organiste titulaire à l'église de la Visitation (Montréal), recherchiste et animateur musical, nous a présenté avec entrain un bref panorama de la relève en mettant l'accent sur trois jeunes chefs, Jacques Lacombe, Yannick Nézet-Séguin et Bernard Labadie, qui suscitent les plus vifs espoirs.

    L'animation de l'excursion 2003 a consisté en la présentation dans les deux autobus d'un vidéo consacré à Notre-Dame de Paris et à ses trésors, et d'un autre ayant pour sujet l'église parisienne de Saint-Sulpice et son organiste titulaire Daniel Roth.

    Gratitude, donc, aux si aimables GO qui ont permis à plus de cent GM de vivre une journée vibrante et mémorable. Je dois les remercier doublement : Claude Beaudry et Gilles Carignan, Irène Brisson et Robert Poliquin facilitent grandement, à l'amateur ravi que je suis, le plaisir de rendre compte de cette excursion; je les plagie sans vergogne... Gloire aussi au trésorier Michel Boucher, magicien grâce auquel cette excursion est une aubaine extraordinaire.

    Que nous réserve la prochaine excursion 2004, la vingtième - dite de porcelaine ou de platine, au choix ? Mon petit doigt de vieux scribe me confie que la Beauce nous fait de l'œil...


    1
    Jacques Grand'Maison, Réenchanter la vie, essai sur le discernement spirituel, tome 1; Montréal, Fides, 2002, page 50.


    N.D.L.R. : le petit doigt du vieux scribe avait de bonnes antennes! La prochaine excursion culturelle aura en effet lieu le lundi 24 mai (jour de congé à triple appellation) en Beauce (Sainte-Marie, Saint-Joseph, East Broughton, La Guadeloupe, Saint-Georges) en compagnie de Dominique Gagnon, Marc D'Anjou, Éric Vachon, Laurent Martin, François Grenier, Louis Morissette et Benjamin Waterhouse.


    Nouvelles brèves

    • Benjamin Waterhouse nous apprend que la Cathédrale anglicane de la Sainte-Trinité, qui fête cette année son bicentenaire et où il est organiste, accueillera dès le mois de juin un petit orgue historique de huit jeux signé England & Sons (Londres, 1790), restauré par Hellmuth Wolff et Associés. Un concert d'inauguration avec Les Violons du Roy est prévu pour le samedi 5 juin à 20 heures. Toute une nouvelle!
    • Francis Gagnon, un ancien élève d'Antoine Bouchard, et professeur au Cégep de Drummondville, vient d'être nommé organiste-titulaire des orgues de l'église Saint-Frédéric de Drummondville. Les Amis de l'orgue de Québec avaient eu l'occasion de l'entendre en juin 2000 lors d'une précédente excursion culturelle.
    • Claude Lemieux, anciennement à titulaire Saint-Thomas-d'Aquin, a succédé à Dany Wiseman comme organiste adjoint à la Basilique Notre-Dame de Québec.
    • Les Concerts Notre-Dame
      Depuis l'automne, il est souvent fait mention dans nos bulletins des concerts qui ont lieu à la Basilique Notre-Dame de Québec le premier dimanche du mois et à l'église Notre-Dame de Lévis le troisième dimanche. Ces activités, baptisées Concerts Notre-Dame, sont organisées par les deux titulaires respectifs Marc d'Anjou et Nathalie Gagnon. Ils ont fait le pari de présenter en toute simplicité le répertoire, l'instrument et le métier d'organiste, en les démystifiant. La présentation de l'instrument a lieu quinze minutes avant le concert et les pièces jouées sont commentées au fur et à mesure. Le public peut aussi prendre place au jubé, tout près de l'orgue. Dans une ambiance détendue et amicale, chacun peut poser des questions et discuter avec l'organiste. Entrée libre.
    • La nouvelle saison nous ramène certaines traditions, comme le Printemps de Saint-Sacrement qui a lieu les dimanches de mai à 15h30, en l'église du Très-Saint-Sacrement de Québec (1330, Chemin Sainte-Foy) organisé par l'organiste titulaire Jean Côté. Entrée gratuite. Contribution volontaire à la sortie.
    • Revient également en force le Festival du printemps à l'église Saint-Roch, organisé par l'organiste titulaire, Esther Clément, les mercredis de mai à 12h15, juste après la messe du jour. Contribution volontaire.
    • Et, pour la quatrième fois, voici les beaux dimanches du Festival de Sainte-Marie de Beauce les 6, 13 et 20 juin, organisés par l'organiste titulaire Dominique Gagnon. Les trois concerts ont lieu à 15 heures (une heure sans pause) les dimanches après-midi et sont présentés sur écran géant. Entrée libre. Les concerts sont suivis d'un 4 à 7 à la Cache à Maxime de Scott-Jonction en compagnie des artistes.
    • La 4e Académie d'orgue de Stratford (Ontario) aura lieu du 21 au 25 juillet. Au programme : concerts et cours de maîtres. Cinq bourses couvrant les frais d'inscription et de séjour sont disponibles pour des étudiants de niveau avancé. Il faut s'inscrire avant le 15 mai à l'adresse suivante :

      Organ Academy at Stratford Summer Music
      P.O. Box 1013
      75 Waterloo St. S
      Stratford, ON N5A 6W4

      Pour plus d'informations, consulter le site Internet www.orgalt.com (rubrique Stratford).


    Mot de la fin

    Il nous est suggéré par Gilles Lesage : « L'orgue avec ses multiples claviers ne fait que prolonger les riches gammes de l'âme et de ses enchantements1. »

    Remerciements à Gilles Lesage, Denise Prince, Richard Paré, Nathalie Gagnon, Benjamin Waterhouse pour leur précieuse collaboration, et à Claude Beaudry, toujours aussi indispensable à la mise en page.

    Le prochain bulletin paraîtra en juin et sera consacré aux concerts d'été, à la relève de l'orgue à Québec et au Concours d'orgue de Québec. Date de tombée : 12 mai.