Bulletin des Amis de l'orgue de Québec

No. 98 - Septembre 2004


Éditorial

Chers Amis de l'orgue,

L'été achève, avec ses orages, ses pluies, ses bourrasques et (heureusement!) ses journées ensoleillées. Nous revoici, fidèles au poste, pour une nouvelle saison de concerts.

Quelques échos de la saison estivale sont complétés par un texte très étoffé sur Christophe Mantoux, signé Claude Lagacé, ancien organiste-titulaire de la basilique de Québec.

Plusieurs bonnes nouvelles et des projets dans le monde de l'orgue à Québec et dans la région viennent nous consoler de la perte du compositeur Roger Matton, qui entre dans l'histoire de l'orgue avec deux œuvres qui méritent d'être davantage connues et dont l'une, la Suite de Pâques, pourra être entendue au cours de la saison prochaine sous les doigts d'un de nos artistes invités, monsieur Gaston Arel.

Bonne lecture et au plaisir de vous revoir lors du concert « Portes ouvertes ».

Irène Brisson
Coordinatrice.

Dans ce bulletin:


Le Concours d'orgue de Québec

Le 17 juin avait lieu le très attendu concours d'orgue de Québec. En lisant les curriculum vitae des trois candidats, on pouvait s'attendre à une lutte serrée entre les deux plus expérimentés : Ryan Enright (25 ans) et Sunyi Shin (35 ans). La performance plutôt prudente et dénuée de passion de la candidate d'origine coréenne bardée de diplômes lui a valu le 2ème prix, tandis que Ryan Enright, élève de John Grew, a tenu sans flancher tout son programme, méritant sans l'ombre d'un doute le premier prix de cette 5ème édition. S'il n'a pas le métier de ses aînés, le plus jeune candidat, Matthieu Latreille (20 ans, en cours d'études de niveau baccalauréat au Conservatoire de Gatineau chez Danielle Dubé), a fait très bonne figure dans ce concours de haut calibre. À surveiller de près.

L'œuvre canadienne imposée, Étude héroïque, était du Rachel Laurin à l'état pur : une sorte d'étude transcendante très structurée, à la manière de Liszt, avec virtuosité chromatique aux claviers comme au pédalier. Le genre d'œuvre de bravoure qui, par sa musicalité, a des chances de survivre au concours qui l'a engendrée. C'est Ryan Enright qui a remporté le prix spécial destiné à récompenser le meilleur interprète de cette œuvre.

Selon la tradition, le lauréat du concours d'orgue de Québec sera entendu en récital lors de la saison 2005-2006 des Amis de l'orgue. Le Consulat général de France à Québec lui a de plus offert un séjour d'une semaine en France pour rencontrer des organistes et jouer sur quelques instruments historiques.



Christophe Mantoux parmi nous
par Claude Lagacé

Le concertiste

Récitaliste de haute volée, juge de concours reconnu, Christophe Mantoux, titulaire des grandes orgues de Saint-Séverin à Paris, nous a généreusement prodigué sa présence pendant la semaine qu'il a passée à Québec le mois dernier. Le programme qu'il présentait le 15 juin à l'orgue de l'église Saint-Roch de Québec puisait abondamment dans le répertoire symphonique qui convenait particulièrement bien à cet instrument.

Le premier mouvement de la Sixième symphonie de Charles-Marie Widor ouvrait avec solennité ce récital. Le tempo modéré choisi par l'interprète lui a permis de conférer à ce premier thème toute sa grandeur. Dans les années soixante, la rectitude musicale du temps ne permettait que la musique d'orgue des XVIIe et XVIIIe siècles. Honni celui qui osait jouer Widor en concert! Exclues donc étaient des pièces de la qualité de cet Allegro.

Une analyse, même sommaire, dévoile l'admirable facture de ce mouvement, avec ce premier thème d'une très belle invention. Un quasi récitatif introduit d'abord le second thème à la manière d'un commentaire du premier, et il ne se donnera pour ce qu'il est véritablement que beaucoup plus avant dans la pièce. Christophe Mantoux, de son esprit brillant et imaginatif, a saisi toute la substance de ce morceau, et son interprétation l'a revêtu d'un éclat incomparable. La musique que ce grand artiste projette est à son image : vivante, elle se construit solidement et se colore de subtiles registrations.

Le Choral # 1 de César Franck forme de ses différents mouvements une large fresque sonore qui invite aux variantes d'humeur et aux contrastes de couleurs. Christophe s'en est donné à cœur joie, et nous a ainsi menés jusqu'à la proclamation finale du thème principal dans la plénitude du grand chœur de l'orgue.

Dans le groupe Jehan Alain, le Lamento qui émerge comme une longue plainte à la voix brisée, est d'une émouvante éloquence. L'œuvre de Maurice Duruflé terminait avec grand brio le récital. C'est celle qui, peut-être plus que les autres, permettait à l'exécutant de faire valoir tant les ressources de son imagination que celles de l'instrument qu'il avait sous les doigts. Le Prélude débute avec des arabesques en flûte et des éléments de mélodie qui se succèdent d'abord sans ordre particulier pour se recomposer ensuite en un tissu mélodique cohérent. Le jeu très expressif de l'interprète se donne carrière dans l'Adagio, pièce d'abord paisible, imprégnée de mystère, jusqu'à ce qu'interviennent des bribes de mélodies qui recherchent l'expressivité des jeux de gambe. Progressivement se déploie le thème complet qui, à la fin, explose dans un impressionnant tutti d'orgue.

Le Choral varié débute par un énoncé du thème du Veni Creator, pour lequel Christophe Mantoux a constitué un plein jeu qui faisait sonner tout à son avantage la belle harmonisation de Duruflé. La première variation se joue en canon sur des mutations choisies avec goût par l'exécutant. C'est sur ces mêmes jeux clairs qu'est abordée la belle page qui suit, ajoutant des ornements à la ligne thématique sur jeux de gambe et tremblant.

La Toccata finale s'amorce avec des éléments thématiques épars qui se regroupent progressivement pour constituer la trame complète du Veni Creator. C'est alors un imposant plenum où tous les jeux de l'orgue ne forment plus qu'un seul et grand chœur. Et c'est avec ce grand flamboiement sonore allumé par un grand interprète que tombe le rideau sur le Prélude, adagio et choral varié de Maurice Duruflé.

Christophe Mantoux a joué un récital d'une très haute qualité que l'auditoire a dûment apprécié, marquant son enthousiasme par des applaudissements bien nourris et l'ovation debout à la fin du concert. Rarement avons-nous entendu mieux exposées les couleurs de ce très bel instrument.

Le juge du concours d'orgue de Québec

Le concours d'orgue pour lequel M. Mantoux avait été invité comme juge de l'extérieur a révélé d'autres qualités professionnelles de ce grand musicien. Son souci de rendre à chacun selon son dû était tel que, ne voulant pas se fier à sa seule mémoire pour retenir tous les points importants de l'exécution de chacun des concurrents, ce juge consciencieux prenait sans cesse des notes, inscrivant sur deux colonnes les points forts et les faiblesses de chacun des trois candidats. Après l'annonce des résultats, M. Mantoux a reçu chacun des candidats en entrevue pour lui expliquer dans les moindres détails les qualités à développer, les fautes à éviter, pour que la croissance de chacun de ces musiciens pleins de promesses s'oriente dans la bonne direction. Il semble bien qu'une telle démarche soit assez naturelle, si l'on veut donner à ce concours un sens vraiment pédagogique. Je dirais quand même que Christophe Mantoux y a pratiqué le don de soi avec une application et un désir de servir tout à fait digne d'éloges. Il aura été une forte présence tout au long de son séjour parmi nous.


Inauguration de l'orgue England & Son
à la cathédrale anglicane



Le 5 juin dernier avait lieu l'inauguration très attendue de l'orgue de chambre England & Son acquis par la cathédrale anglicane de Québec. Datant de 1790, l'instrument d'un clavier à jeux coupés, restauré par Hellmuth Wolff et Associés, appartenait à un ami anglais de Haydn, ce qui nous fait rêver : l'illustre compositeur aurait-il eu l'occasion de le faire sonner?

L'orgue possède encore une soufflerie qui peut être activée par l'organiste au moyen d'une pédale frontale ou par un « pompeur ». Les touches du clavier sont sensiblement plus étroites et plus courtes que celles d'un instrument moderne. D'une douceur extraordinaire dans les jeux de fonds, cet orgue peut avoir du mordant dans les solos de hautbois ou de cornet, et de la brillance dans le plenum, même s'il est modeste.

Les pièces du répertoire anglais choisies par Benjamin Waterhouse, qui avait un plaisir évident à toucher cet orgue, ont mis en valeur les différentes possibilités de l'instrument. Son association avec les Violons du Roy, dirigés avec enthousiasme et sensibilité par Jean-Marie Zeitouni, a parfois donné lieu à des rencontres insolites, tels ces Sospiri pour cordes, harpe et orgue d'Elgar, une œuvre dans laquelle la rondeur de l'orgue se fond avec l'orchestre.


Nouveaux facteurs d'orgue à Saint-Hyacinthe

Fondés il y a environ deux ans, les Ateliers Guilbault, Bellavance, Carignan sont une entreprise de restauration d'instruments et de facture d'orgues et de clavecins. À eux trois, Alain Guilbault, Jean-Félix Bellavance et Jocelyn Carignan, quoique jeunes, cumulent 75 ans d'expérience dans ce domaine. Ils se spécialisent également en ébénisterie, en sculpture et en vitrail. L'organiste Pierre Bouchard agit comme conseiller.

Le 16 juin avait lieu par Michelle Quintal la présentation à Saint-Félix de Cap-Rouge de leur petit orgue coffre opus 1. L'instrument de quatre jeux (bourdon 8, Principal 4, Doublette 2, Quinte 1 1/3) a été construit en huit mois et est disponible en location. Il est démontable et par conséquent facilement transportable et prévoit l'ajout d'un pédalier de 30 notes. Son clavier est en tiroir, ce qui ménage les genoux de l'interprète!

Accordé au la 440, l'instrument permet la transposition aux diapasons anciens (la 392 et 415). Orgue de continuo, il fut inauguré de la sorte en mai dernier à Trois-Rivières par Michelle Quintal. Le récital de Cap-Rouge a prouvé que cet instrument très agréable à toucher (je l'ai essayé!) se prête également bien au solo : Michelle Quintal en a fait la preuve, avec un programme allant de Sweelinck à Denis Bédard (Interlude) et Hugo Distler : force, clarté et, oserai-je dire, poésie, caractérisent l'opus 1 de ces facteurs enthousiastes et pleins de projets stimulants.


P.S. On peut visualiser cet instrument, présenté lors du Congrès annuel 2004 de la FQAO, à la page web suivante:

Congrès annuel FQAO 2004


Nouvelles brèves

  • Noëlla Genest, directrice artistique des Amis de l'orgue de Québec depuis 1997, vient de prendre sa retraite au Conservatoire de Québec, où elle a enseigné l'orgue de 1979 à mai dernier, après avoir été professeure au Conservatoire de Trois-Rivières depuis 1968 et organiste titulaire de la basilique Notre-Dame-du-Cap jusqu'en 1988. Parmi ses élèves au Conservatoire de Québec, figurent les premiers prix du Conservatoire suivants : Sylvain Barrette, Claude Doré, Nicole Lemieux, Jean-Pierre Tailleur, Edith Beaulieu, André Gagnon (1er Prix du Concours de Québec), Manon Jobin, Dominique Gagnon (2ème prix du Concours de Québec), Dany Wiseman et Frédéric Roberge. Si elle met de côté la pédagogie, Noëlla Genest n'en demeurera pas moins active comme concertiste et continuera de s'impliquer dans le rayonnement et la défense de l'orgue à Québec. Danny Belisle lui succède comme professeur d'orgue au Conservatoire.
  • Tous nos vœux de bonheur à Édith Beaulieu et à Paul Saccà qui se sont mariés le 17 juillet à la basilique de Québec. Édith vient de terminer Acadiana, un triptyque évoquant l'histoire de l'Acadie, comprenant une Berceuse, un Lamento et des Variations modales sur Ave Maris Stella. L'œuvre a été créée en concert le 15 août dernier à l'église Notre-Dame-de-la-Garde, à Québec, dans le cadre de la fête patronale des Acadiens et des 400 ans de l'Acadie.
  • Le 29 juillet dernier, le Festival Bach de Sainte-Foy recevait Denis Bédard, auquel le public de la région a réservé un accueil triomphal : c'était en effet son premier concert dans sa ville natale depuis son départ pour Vancouver il y a trois ans. Pour l'occasion, il s'est attaqué aux cinq concertos pour violon transcrits pour orgue par Bach, à partir d'œuvres de Vivaldi et du prince Johann Ernest de Saxe-Weimar. Véritable tour de force que ce concert, tant par le choix des registrations qui mettaient l'orgue de l'église Saint-Thomas-d'Aquin en valeur que par le renouvellement de son approche dans chaque œuvre. Nul doute que le concerto en do majeur provenant de l'opus VII (surnommé parfois le Grand Mogol) de Vivaldi fut pour de nombreux auditeurs une véritable découverte, avec ses incroyables cadences à découvert et sa haute virtuosité. En rappel, Denis Bédard a joué un choral de l'Orgelbüchlein, contemporain de ces transcriptions, et montrant la parfaite assimilation par Bach du style italien de l'époque.
  • Concerts:
    • Cap-Santé
      • À l'occasion des fêtes du 325ème anniversaire de fondation de la paroisse de Cap-Santé, Serge Laliberté, organiste-titulaire, propose, les dimanches du mois de septembre, la série « L'orgue en Fête », qui connaît un vif succès dans la région et qui combine un court récital d'une vingtaine de minutes et la présentation de l'orgue et de ses jeux.

    • East-Broughton
      • Comme chaque année, Éric Vachon, titulaire de l'orgue d'East-Broughton, nous présente son festival automnal les dimanches à 15 heures (entrée libre, contribution volontaire) :
        19 septembre : Jean Malandin, organiste à Saint-Sever de Rouen (France)
        24 octobre : Nathalie Gagnon, organiste à Notre-Dame de Lévis
        5 décembre : Gilles Rioux, organiste à la basilique Notre-Dame-du-Cap


Le projet Buxtehude
par Nathalie Gagnon

Un ambitieux projet va bientôt se réaliser à la basilique Notre-Dame : l'intégrale d'orgue de Buxtehude sera présentée pour la première fois à Québec, par quatre dynamiques organistes : Nathalie Gagnon, organiste à Notre-Dame de Lévis et directrice des Concerts Notre-Dame, Marc d'Anjou, organiste à la basilique Notre-Dame de Québec et fondateur des concerts Notre-Dame, Claude Lemieux, organiste-assistant à la basilique et Dany Wiseman, organiste à Saint-Marc de Rosemont (Montréal) et ancien titulaire à Notre-Dame de Lévis.

Les concerts auront lieu à la basilique de Québec les dimanches 26 septembre, 3, 10 et 17 octobre à 20 heures, et seront repris à Saint-Marc de Rosemont (Montréal) les 7, 14, 21 et 28 novembre à 20 heures également. Le prix des billets a été fixé à 15 dollars.

Le déroulement des concerts sera particulièrement original : en effet, les quatre organistes prendront part à chacun des concerts. Chaque concert sera ouvert par une pièce jouée par les quatre organistes se « passant le flambeau », c'est-à-dire que les musiciens alterneront tour à tour sur le banc de l'orgue tout au long d'une même pièce. Un chanteur ou un chœur fera alterner les chorals avec l'orgue. Plus original encore, le public aura le loisir, par tirage au sort, de déterminer l'ordre d'interprétation des préludes et fugues. Les concerts seront commentés et présentés avec écran géant ou téléviseurs et il y aura des prix de présence.

Outre Québec et Montréal, la série Buxtehude sera présentée également à Rimouski au printemps et des négociations sont en cours pour « l'exporter » ailleurs au Canada, entre autres à Vancouver, Edmonton, Regina, Calgary, Toronto, Edmunston, en attendant l'Europe.

À noter qu'en raison de cet événement, les Concerts Notre-Dame feront relâche à Québec et à Lévis de septembre à novembre.


Nécrologie

  • Roger Matton (1929-2004)
    • Le compositeur Roger Matton s'est éteint en juin dans la plus grande solitude sur un lit d'hôpital de Québec. Un des premiers élèves de composition de Claude Champagne au Conservatoire de Montréal, Matton avait poursuivi ses études à Paris, avec Nadia Boulanger, Andrée Vaurabourg-Honegger (la femme d'Honegger) et avec Olivier Messiaen. Muni de ce solide bagage, il s'est distingué dans le domaine de la composition dans les années 1950-1970, faisant alors partie des piliers de la musique québécoise. Son intérêt pour le folklore québécois et acadien et son poste de professeur aux Archives de folklore de l'Université Laval l'ont sensibilisé aux trésors d'un patrimoine qu'il a su exploiter avec pertinence. Pour orgue, il a composé deux œuvres : une imposante Suite de Pâques (1950-52) en trois mouvements, reposant sur des thèmes grégoriens, et une œuvre de circonstance, soulignant la venue du pape Jean-Paul II à Québec, Tu es Petrus (1984).

      Le 8 juillet, grâce à une généreuse initiative de ses amis Victor Bouchard et Monique Plamondon (tous deux membres des Amis de l'orgue de Québec), le monde de la musique lui a rendu un dernier hommage aux Saints-Martyrs-Canadiens. La messe a été célébrée par l'abbé Antoine Bouchard, tandis que Gaston Arel a joué avec ferveur et émotion deux chorals de Bach et la Suite de Pâques de Matton, une œuvre qu'il a enregistrée, dont il est un ardent défenseur et qui a été une véritable découverte pour beaucoup d'auditeurs.

      On trouvera un hommage à Matton dans la revue Infopéra de juillet 2004 ainsi que dans le site français Musica et Memoria : http://www.musimem.com/obituaires.html

  • Jean Boyer (1948-2004)
    • Le monde international de l'orgue est en deuil avec la disparition, en juin dernier, de Jean Boyer, à l'âge de 56 ans. Concertiste français réputé, formé par Xavier Darasse, professeur d'orgue au Conservatoire national supérieur de musique de Lyon, il était reconnu pour son intérêt envers la musique des maîtres du XVIIème siècle (Titelouze, Frescobaldi, Sweelinck, Correa de Arauxo). Il fut organiste dans diverses églises parisiennes, dont Saint-Nicolas-des-Champs et Saint-Séverin. Parmi ses disciples québécois figurent Régis Rousseau et Marc-André Doran (Montréal).

      Un hommage et une discographie figurent également dans le site Musica et Memoria à l'adresse ci-haut mentionnée.


Mot de la fin

Merci à Claude Lagacé, à Nathalie Gagnon et aux autres informateurs qui me permettent de vous tenir au courant de la vie de l'orgue à Québec. Merci également à Claude Beaudry pour sa mise en page et à Robert Poliquin qui se charge de l'envoi de ces bulletins.

Le prochain bulletin paraîtra en novembre. Il comprendra notamment le récit du voyage en Beauce par Gilles Lesage et un écho du congrès de la FQAO qui s'est tenu à Lévis en juin dernier. Date de tombée pour vos communiqués : 20 octobre.