Bulletin des Amis de l'orgue de Québec

No. 99 - Novembre 2004


Éditorial

Chers Amis de l'orgue,

Une rentrée haute en couleurs a marqué le monde de l'orgue, avec le concert « portes ouvertes » de Philippe Bélanger, qui remporta un énorme succès de foule, et l'audacieuse intégrale Buxtehude qui aurait dû faire courir le public fidèle au roi des instruments. Ces deux événements diamétralement opposés montrent que les jeunes organistes ne manquent ni d'idées ni d'audace, ce qui est rassurant. Ce qui l'est moins, c'est de constater que fort peu d'auditeurs et fort peu d'organistes professionnels ont suivi l'aventure Buxtehude, malgré la publicité abondante dont elle a fait l'objet depuis le printemps. La gratuité de nombreux concerts d'orgue, l'absence de concertation du milieu (deux concerts d'orgue le même jour ou le même soir) souvent déplorée dans ce bulletin, la présentation trop rapprochée des concerts, semblent avoir créé un certain essoufflement chez les amateurs d'orgue. Peut-être serait-t-il temps que les organistes se parlent, se relayent au lieu de se faire concurrence?

Dans un tout autre ordre d'idées, nos lecteurs revivront avec plaisir ou découvriront la Beauce et ses organistes, sous la plume de Gilles Lesage, ancien journaliste au Devoir. Au fil des années, ses récits colorés et bien documentés de nos excursions culturelles sont devenus une véritable tradition dans ce bulletin.

Quelques annonces de concerts complètent ce 99e numéro. Au fait, saviez-vous que c'est la septième année que votre coordonnatrice est à la barre pour son 31e bulletin? C'est la preuve qu'il y a beaucoup à dire sur l'orgue dans notre région!

Bonne lecture et à bientôt!

Irène Brisson
Coordinatrice.

Dans ce bulletin:


Brillant début de saison
aux Amis de l'orgue de Québec

Concert spectaculaire que celui du 18 septembre dernier aux Saints-Martyrs-Canadiens : Philippe Bélanger, le nouveau titulaire du grand Beckerath de l'Oratoire Saint-Joseph de Montréal a montré ce dont il était capable : excellent communicateur s'adressant avec naturel et simplicité à son public pour présenter les œuvres; virtuose pur-sang, improvisateur au style fantasque qui aurait avantage à garder le cap sur la même direction, plutôt que de butiner longuement ses idées à travers une mosaïque de styles. Il sait heureusement faire preuve d'une grande profondeur, comme ce fut le cas dans le 3e choral de Franck, entonné avec majesté et austérité. Une foule record a rempli l'église et lui a réservé un accueil très chaleureux.


Nouvelles du conseil d'administration

Le 15 octobre dernier a eu lieu l'assemblée générale des Amis de l'Orgue de Québec, à l'issue de laquelle ont été élus ou réélus les membres suivants : Claude Beaudry, président; Richard Paré, vice-président, Michel Boucher, trésorier; Suzanne Boulet, secrétaire; Noëlla Genest, directrice artistique; Irène Brisson, Jean-Charles Castilloux, Esther Clément, Louise Fortin-Bouchard, Nathalie Gagnon, Robert Poliquin, Louise Provencher, Stéphane Saint-Laurent, conseillers.

Les Amis de l'orgue remercient en votre nom les membres sortants : Geneviève Paradis, Jean-Claude Rivard et Paul Saccà qui, après plusieurs années de loyaux services, ont choisi de laisser la place à la relève. Cette dernière est représentée par Nathalie Gagnon, organiste à Notre-Dame de Lévis, Prix avec grande distinction du Conservatoire de musique du Québec (Rimouski) et lauréate du Concours d'orgue de Québec (1998).


Buxte qui?

On le croyait suffisamment célèbre et « vendeur » pour attirer les amoureux de l'orgue pour une intégrale de plus de six heures de musique... À peine 40 à 70 personnes par concert ont suivi l'événement Buxtehude présenté à la basilique de Québec quatre dimanches de suite.

Quatre organistes par concert, un bon alto masculin (Louis-David Bédard) pour le premier concert, la très raffinée Schola cantorum de la basilique pour deux autres concerts, une soirée pour orgue seul : toutes les formules ont été expérimentées, avec écran géant pour les deux derniers concerts et modestes (presque invisibles) téléviseurs dans les bas-côtés pour toute la série. Tout n'a pas baigné dans l'huile au niveau de l'organisation : au moins trois concerts trop longs et pas toujours équilibrés au niveau du contenu, des temps morts lors des changements d'organistes, l'absence de commentaires écrits sur les œuvres au programme...

Malgré ces réserves, de beaux moments de musique avec la mise en valeur ingénieuse de l'orgue de la basilique, et quatre personnalités différentes et réunies par une même passion : Marc D'Anjou, le plus conservateur, mais toujours très inspiré dans les chorals, Dany Wiseman, particulièrement brillant au 3e concert, Nathalie Gagnon, au jeu sûr et très vivant et, en ce qui me concerne, une révélation en la personne de Claude Lemieux que je ne connaissais pas comme concertiste...


Le voyage culturel des Amis de l'orgue de Québec
le 24 mai 2004

par Gilles Lesage

Les Casavant et les organistes de la Beauce sont à l'honneur !

Deux fois cinq. À tout seigneur, tout honneur ! Cinq des sept organistes qui nous ont fait l'honneur de jouer pour nous, à l'occasion de l'excursion culturelle annuelle des Amis de l'orgue de Québec, en mai dernier, sont de fiers Beaucerons. Et cinq des six instruments qu'ils nous ont fait entendre sont des œuvres de la vénérable maison de Saint-Hyacinthe, des Casavant de dimensions moyennes, datant de la première moitié du 20e siècle. Ayant tous fait l'objet de restaurations récentes, ils font l'honneur des églises des fiers Beaucerons.

De Sainte-Marie à Saint-Joseph

Premier arrêt matinal, comme il se doit, à Sainte-Marie, porte d'entrée de la vallée de la Chaudière. De style néo-gothique, la somptueuse église de 1200 places - une vraie cathédrale... - a été érigée au milieu du 19e siècle, selon les plans de Charles Baillairgé. Ce grand maître y a signé une œuvre magistrale, utilisant brillamment les symboles gothiques, arcs, ogives et polychromes. Le clocher de 225 pieds domine le paysage paisible, en ce matin de congé dit des Patriotes (exit la reine et même Dollard).

Quant à l'orgue, il s'agit d'un Casavant de 29 jeux sur trois claviers, construit en 1916, sur un fond Déry datant de 1891. Il a été électrifié en 1964 et réharmonisé en 1990 par les ateliers Marcel Bertrand, de Québec. Il est doté d'un jeu de harpe et d'un carillon. Le buffet, de style néo-gothique, s'harmonise parfaitement avec le temple impressionnant.

Bon sang beauceron ne sait mentir. Né à Saint-Odilon en 1976, Dominique Gagnon est titulaire des grandes orgues de Sainte-Marie depuis l'âge de 17 ans ! Actif et dynamique, il joue souvent comme soliste ou accompagnateur, en plus de diriger le chœur l'Écho de Lac-Etchemin. Pour compléter cette superbe entrée en matière, Dominique Gagnon a interprété en duo avec son épouse, Esther Clément (titulaire à Saint-Roch de Québec), Variations sur un thème de Pâques, de John Rutter. Sans oublier du Denis Bédard, comme l'ont fait deux autres invités de cette tournée festive.

Un peu plus jeune que la précédente, l'église de Saint-Joseph fait face à la rivière Chaudière et domine la vallée. François-Xavier Berlinguet, formé à l'école de Thomas Baillairgé, en a dessiné les plans et participé à la conception de plusieurs ouvrages intérieurs. L'église s'impose par sa verticalité. L'étroitesse de sa façade est accentuée par l'avancée centrale, d'où se détache une tour en saillie, couronnée d'un clocher surmonté d'une flèche élancée. Plus haute que celle de Sainte-Marie dans le ciel bleu...

Un premier orgue a été fabriqué par le facteur Louis Mitchell, à la fin du 19e siècle. Il a été reconstruit par la maison Casavant et frères en 1913, comme opus 522. Ses 34 jeux sont disposés sur 3 claviers de 61 touches et pédalier. Le récit est doté d'une boîte d'expression. Plusieurs jeux de Mitchell ont été conservés. Des travaux importants ont été faits en 1961, en 1970 et en 1986. Cette année-là, la restauration du bel instrument, porté notamment à 35 jeux, a été réalisée par les Orgues Marcel Bertrand, de Québec.

C'est d'ailleurs avec cette maison que Marc D'Anjou a travaillé la facture d'orgue. Originaire de la Côte-Nord, âgé de 40 ans à peine, titulaire depuis décembre 1993 à la basilique-cathédrale Notre-Dame de Québec, Marc D'Anjou est un soliste et concertiste de premier plan, en plus d'accompagner ou de diriger plusieurs chœurs. À Saint-Joseph, il nous a donné une éclatante illustration de son brio, comme si sa fougue faisait gentiment écho à la puissance de son jeune collègue de Sainte-Marie...

Moins de 10 000 $ en 1919...

Nous traversons ensuite la rivière Chaudière, vers la région de l'amiante et East-Broughton. L'église paroissiale, de style roman et mesurant 200 pieds de long par 70 pieds de large, bientôt centenaire, abrite un orgue Casavant, installé en 1919. La flèche de l'église s'élance à près de 200 pieds de hauteur. Ses multiples dorures, sa couleur blanche et rouge, sa voûte illuminée et son ampleur, en font à la fois un temple accueillant et majestueux. Avec 1600 places assises, c'est en quelque sorte la « cathédrale » de l'unité pastorale dite Pentes-Côtes, qui dessert neuf communautés paroissiales, avec trois prêtres, trois religieuses et un diacre...

D'esthétique romantique-symphonique, l'orgue Casavant, opus 792, a coûté 9,944$ en 1919 ! De traction électro-pneumatique, il compte 35 jeux répartis sur 3 claviers et pédalier. Des travaux importants y ont été effectués en 1989 et en 1999, par les Orgues Létourneau. Sa polyvalence permet désormais d'y interpréter le grand répertoire de l'orgue, ainsi que le jeune titulaire en fait la brillante démonstration.

Fier à bon droit de la double restauration de l'orgue paroissial qu'il touche depuis 17 ans, Éric Vachon y est né et y est revenu, après de solides études musicales. Interprète et soliste, il enseigne et dirige des chorales. Par exemple, spécialement pour la centaine d'Amis de l'orgue en tournée culturelle, en ce lundi de congé, une chorale a chanté l'hymne Vous, créatures du Seigneur, de Gordon Young. En Beauce, la relève est aussi impressionnante que les cathédrales en puissance...

Un Guilbault-Thérien à La Guadeloupe

Après le lunch, un saut à Notre-Dame de La Guadeloupe, au centre du triangle de notre périple en autocars Laval. Église plus récente et moderne, de style Dom Bellot; architecte Adrien Dufresne. Orgue plus jeune aussi : instrument à traction mécanique construit par la maison Providence, devenue en 1970 Guilbault-Thérien. Sept jeux sur deux claviers et pédalier. C'est la dernière église érigée en Beauce, en 1945, après que le cardinal Villeneuve fût le représentant personnel du pape au célèbre sanctuaire du Mexique.

L'organiste invité, Laurent Martin, a été initié à l'orgue dans son village natal de Saint-Évariste, en Beauce. Soliste et chambriste, il a été titulaire à Saint-Patrick de Québec pendant 10 ans (1987-1997). Depuis quatre ans, il touche l'orgue de la chapelle Notre-Dame de Lourdes, au cœur du quartier latin montréalais. Il nous a présenté un magnifique récital baroque allemand, parfaitement adapté à l'instrument, allant de Kerll à Bach, en passant par Buxtehude, Böhm et... Bach (Prélude et fugue en mi bémol) !

En métropole beauceronne

Nous voici ensuite dans la « métropole » de la Beauce, à Saint-Georges et à l'église du même nom. Monumentale. Construite il y a un siècle, selon les plans de l'architecte David Ouellet, elle mesure 196 pieds de longueur sur 80 de largeur. L'extérieur est en pierres provenant de Deschambault, transportées jusqu'à Beauceville par train, puis avec des chevaux jusqu'à Saint-Georges. Elle est dotée de quatre clochers, dont le plus haut fait 222 pieds (comme à Sainte-Marie et à Saint-Joseph, la trinité des « insoumis » si chers à Madeleine Ferron et Robert Cliche).

L'intérieur de l'église, de style néo-classique, compte 2200 places. La voûte est soutenue par 24 colonnes, agrémentées de plusieurs sculptures cousues de feuilles d'or, recouvrant l'ensemble des arches et des arcades qui supportent les galeries. Un baldaquin sculpté surplombe le maître-autel, entièrement fabriqué de pin recouvert de feuilles d'or; au-dessus trône la statue de saint Georges terrassant le dragon.

L'orgue Casavant, opus 408, de 34 jeux et de 3 claviers, a été inauguré en 1910. A trois reprises depuis, en 1967, 1968 et 1984, il a été électrifié, nettoyé, réharmonisé, finalement porté à 36 jeux à la pédale, par les Orgues Marcel Bertrand, de Québec.

L'organiste titulaire depuis 1983, Louis Morissette, est natif de Saint-Georges. Ce lundi-là, il partage sa magnifique tribune avec un tout jeune collègue de 22 ans - la relève de la relève, quoi ! - François Grenier, né à Saint-Prosper de Beauce. Depuis 1999, il est titulaire dans sa paroisse natale, en plus de poursuivre de solides études au Conservatoire de Québec. Bon sang beauceron ne saurait mentir, n'est-ce pas ?

Sixième et dernière étape, de l'autre côté de la Chaudière : l'église moderne de Notre-Dame-de-l'Assomption (dont le pasteur dessert quatre paroisses !), plus récente et modeste que celle de Saint-Georges. De style néo-gothique, elle a récemment été dotée d'un bel orgue Casavant (opus 1986 de 1949) de 32 jeux, provenant de l'église Saint-Joseph de Québec (fermée il y a quelques années) et restauré par Jean-François Mailhot, du Cap-de-la-Madeleine.

Benjamin Waterhouse, titulaire à la cathédrale anglicane de Québec, met brillamment le point d'orgue - c'est le cas de le dire - à cette autre tournée mémorable. Docteur en musique, passionné par le patrimoine organistique québécois, il cherche l'adéquation entre le répertoire et l'instrument. À preuve, pour mettre en valeur l'instrument et non l'organiste, il modifie le programme de son (trop court) récital, après avoir touché cet orgue pour la première fois. À l'Angélus de 18 heures au clocher se mêle une douce prière du soir de Jehan Alain.

Conclusion

Programme chargé que celui des découvertes des orgues de la Beauce, fort bien préparé, comme d'habitude, par les admirables Gilles Carignan et Claude Beaudry. Ce dernier, beauceron lui-même, a pris plaisir à émailler le parcours d'anecdotes savoureuses. Et son carnet de voyage, encore une fois, m'oblige à le piller...avec plaisir. Gratitude, donc, à notre dévoué président, et à ses collaborateurs, notamment le trésorier Michel Boucher, la musicologue Irène Brisson et la relationniste Suzanne Boulet.

Les explications des guides bénévoles dans chacune des six églises étaient pertinentes et fort utiles. Avec une pointe d'humour approprié. On comprend un peu mieux l'intense fierté et la rivalité des pionniers - les fameux Jarrets Noirs - qui les ont poussés à se doter - concurrence oblige en pays des PME... - d'au moins trois imposantes cathédrales.

Sans évêques idoines. Pas de palais épiscopal en Beauce, terre pourtant fertile qui a donné des cardinaux et plusieurs évêques... ailleurs au Québec, notamment les Taschereau, Vachon, Couture, à Québec même.

Même si le beau temps ne fut pas de la partie, on l'aura dans la mémoire longtemps, cette vibrante vingtième édition annuelle - celle de la porcelaine, ou du platine, au choix - de la tournée culturelle des Amis de l'orgue de Québec. A l'an prochain !


N.D.L.R. : Rurant le voyage, ont été projetés les vidéos suivants : Yo-Yo Ma en concert au Lincoln Center, avec l'orchestre baroque d'Amsterdam, dirigé par Ton Koopman; l'orgue de Methuen (Massachusetts); L'Allemagne de Bach. Ces deux derniers documents ont été obligeamment prêtés par Robert Poliquin, que nous remercions.


Concerts à venir

  • Samedi, 20 novembre, 19h30
    concert inaugural de l'orgue Casavant de l'église Christ-Roi de Lévis,
    par Dany Wiseman
    Entrée : 10 dollars.
    Il s'agit d'un instrument de 3 claviers et 32 jeux de 1917, qui provenait de Bienville et qui vient d'être installé et réharmonisé par Jean-François Mailhot de Trois-Rivières.
  • Dimanche, 5 décembre, 15 h
    Église Sacré-Coeur-de-Jésus d'East Broughton
    Gilles Rioux
    Improvisations sur des thèmes de Noël
    Contribution volontaire.
  • Vendredi, 10 décembre, 19h30
    Studio 29 du Conservatoire de musique de Québec
    Classe de Danny Belisle
    Entrée libre.
  • Dimanche, 19 décembre, 14 h
    Église Sacré-Coeur-de-Jésus d'East Broughton
    Concert de Noël (125 choristes, quintette de cuivres, percussion, orgue)
    Entrée payante.


Mot de la fin

Les Amis de l'orgue internautes ont reçu, depuis mai, quelques communiqués intitulés Entre deux Bulletins, annonçant les concerts et autres activités reliées au monde de l'orgue qui échappent à notre vigilance ou qui ne peuvent, en raison de leurs dates, figurer dans nos bulletins. Le projet Buxtehude y a été généreusement couvert également. Les lecteurs qui désirent recevoir par courriel ces Entre deux Bulletins n'ont qu'à m'envoyer leur adresse électronique.

Merci à Gilles Lesage et à Claude Beaudry pour leur collaboration toujours très appréciée.

Le prochain bulletin paraîtra en février prochain. Date de tombée : 10 janvier 2005. En attendant, Joyeux Noël et Bonne Année à tous !